L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

[VIDÉO] Le mouvement populaire montpelliérain #NousSommes présentait mercredi, ses candidats pour les prochaines élections municipales.

VOIR AUSSI : [VIDEO & ITW] Montpellier : Les chefs de file de LFI expliquent le choix de #NousSommes

À l’issue d’un impressionnant processus de désignation, le collectif Montpelliérain a présenté, en milieu de semaines, ses 80 candidats sélectionnés, sur 136 postulants.

Construite depuis juin, sans vote, mais à travers des agoras, forums et ateliers, puis arrêtée en octobre dernier, la liste des candidats a été sélectionnée par un Comité de désignation composé de dix volontaires non-candidats armés d’un système de notation  pondérée par des entretiens.

Interview de Sébastien Martareche, membre du Comité de désignation de #NousSommes

40 femmes et 40 hommes pour créer la surprise en mars prochain.

VOIR AUSSI : Montpellier : #NousSommes fait sa rentrée avec « une main tendue aux militants et aux partis politiques »

Les candidats ont été choisis pour représenter tout à la fois les différents quartiers du Clapas, et pour leurs expertises techniques et/ou citoyennes. Cette sélection de 80 personnes doit aussi permettre d’anticiper de possibles désistements pour arriver fin février à présenter la liste finale de 65 candidats.

Au final, la liste a été construite pour être à l’image de la Ville : jeune, diverse et dynamique, avec un âge moyen de 37 ans, une sous-représentation des séniors et des milieux les plus favorisés, six candidats issus du secteur de la santé, six étudiants, quatre dirigeants de PME, six enseignants du secondaire, cinq professions libérales dont une avocate et plus de 20 associations représentées.

D’un point de vue, plus politique, diverses forces sont représentées au sein de la liste #NousSommes : quinze militants de La France insoumise, un militant EELV, un militant de Generation.s et un militant de Place publique.

60 des 80 candidats de #NousSommes pour les élections municipales de mars 2020

Si de nombreux candidats n’ont pas été retenus, en dehors de deux « trolls », comprendre candidature d’agitateur d’extrême droite, ceux-ci devraient tout de même s’intégrer dans le dispositif de campagne du mouvement qui veut créer la surprise aux prochaines élections municipales.

À présent, le plus dur reste à faire pour les militants : l’ordonnancement et la désignation de la tête de liste, un lourd travail a réaliser pour décembre prochain, vraisemblablement par le processus d’une « élection sans candidat », comprendre par une désignation collective du représentant le plus adapté à la fonction.

Le collectif, « créé à l’initiative de Montpelliérains révoltés par les actions et les inactions politiques locales », a été lancé à l’automne 2018, à l’occasion du tour Alternatiba.