Le comité électoral de La France Insoumise a tranché en faveur des insoumis investis dans l’initiative populaire du mouvement #NousSommes. En conférence de presse, ce mercredi 30 octobre les chefs de file, Nathalie Oziol et Julien Colet ont expliqué ce choix.

Les Municipales 2020 sont désormais lancées pour La France Insoumise à Montpellier. Avec le choix de #NousSommes LFI et les chefs de file disent respecter l’objectif « de participer à des listes citoyennes de type fédération populaire », un choix au niveau national, « une ligne décidée en Assemblée représentative en juin dernier. »

« #NousSommes a des choses neuves à proposer »

« Municipales 2020 : Le peuple aux commandes ! » C’est la stratégie politique mise en place par LFI pour le mois de mars prochain, et tenter de répondre à la défiance des citoyens face aux institutions et aux usages de la démocratie représentative. Julien Colet chef de file LFI précise bien : « on ne prend pas des citoyens pour décorer la liste, le citoyen est au coeur du fonctionnement de cette démocratie participative. » Pour Nathalie Oziol cette décision du comité électoral permet « d’être sur le terrain pour prêter main forte, et redonner de l’intérêt et du plaisir de militer. » Question liste et positions : « on n’a rien exigé en retour, pas de quota de places […] La France Insoumise est une des parties de #NousSommes et #NousSommes a des choses neuves à proposer, donc on ne négocie pas de tête de liste et on espère même que ce sera une tête de liste non-France Insoumise. »

Annonce - Pub - Advertisement

ITW Nathalie Oziol, cheffe de file LFI, Municipales 2020 :

Pas de « name-dropping » encore possible pour l’heure, mais de façon individuelle certains militants d’EELV ou encore de Générations, et de Place publique auraient rejoint #NousSommes.

Reste à savoir, comment les dissensions qui existent au sein des militants de la France Insoumise montpelliéraine vont s’estomper ou s’amplifier, sachant que LFI semble avec ce choix ne pas soutenir Muriel Ressiguier, députée de l’Hérault dans son implication au sein de l’appel à « une liste de confluence », une orientation pour les municipales choisie par une partie des Groupes d’Actions du mouvement politique de Jean-Luc Mélenchon.

Tout proche à Marseille, LFI a validé la participation de la cheffe de file Sophie Camard aussi suppléante du député Jean-Luc Mélenchon, au « Printemps Marseillais », un collectif citoyen avec lequel se sont agrégés Générations, le PCF, une partie du PS et Place publique.

Annonce - Pub - Advertisement