La convention de La France insoumise, selon Mélenchon : l’occasion d’un “passage officiel et incontestable au collectif”

Engagé dans le processus de la convention depuis le 15 août, le mouvement de La France insoumise réunit aujourd’hui et demain près de 1600 participants à la Grande Halle d’Auvergne près de Clermont-Ferrand. 

Annonce - Pub - Advertisement

Selon Charlotte Girard, la convention est un “événement pour la Gauche”

Pour les organisateurs, c’est une occasion offerte aux insoumis de réfléchir sur la préparation collective des campagnes nationales, l’auto-organisation, le mouvement et une future assemblée représentative. Et c’est presque avec gourmandise que le directeur des campagnes présente son mouvement comme la “première force d’opposition” et le plus important mouvement politique du pays. Bref, un “événement pour la Gauche” selon Charlotte Girard. Événement au planning chargé : un premier jour où l’on “s’arme d’objectifs” et un second pour “impulser le passage à l’acte”.

En somme, selon Jean-Luc Mélenchon, cette convention est l’occasion d’un “passage officiel et incontestable au collectif”. C’est pour l’ancien candidat aux présidentielles, un moment où “beaucoup de codes vont être cassés” et où l’on n’est pas là pour “élire des chefs”. Il frappera aussi au passage lors de son discours introductif “l’ignoble Monsieur Valls et ses aboiements”.

Jean-Luc Mélenchon à la Convention : “j’ai fait cette introduction, avec le goût au coeur d’être le passeur”

Le président du groupe parlementaire donne la ligne à suivre pour sa prochaine action : “le 12 décembre tout le monde dans la rue” pour une “manifestation contre le sommet climat-finance”.

Il rejette au passage les polémiques sur l’islam : “pas de religion en politique”, “nous ne voulons pas que la laïcité soit transformée en prétexte pour mener une guerre de religion”.

Sur la situation écologique,  il est plus dur “tout le monde mourra en même temps si tout ça se détraque”, s’alarmant au passage de la vétusté des centrales nucléaires en France, avant de houspiller l’Europe de “l’embrouille, l’enfumage”, précisant qu’il y “aura une liste Europe insoumise” aux élections européennes portant le plan A et le plan B et même si cela se confirme, une liste transnationale avec notamment Podemos.

Mais sans nous projeter si loin, il souligne l’importance des prochaines échéances électorales que constituent les élections partielles, “nous serons candidats partout” confirme-t-il. La conclusion est belle : “j’ai fait cette introduction avec le goût au coeur d’être le passeur”.

Trois campagnes déterminées par les voix de 69 000 insoumis

Peu après viendra le moment de présenter les trois principales campagnes de La France insoumise, sur les 69 000 voix exprimées, trois thèmes sont ainsi sortis du lot : la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes, la sortie du nucléaire, et la lutte contre l’évasion fiscale. Ces thèmes présentés, le véritable travail collectif des insoumis peut enfin commencer.

Annonce - Pub - Advertisement