René Revol à Grabels (© AM)

[VIDEO] Le Maire de Grabels et Vice-Président de Montpellier Méditerranée Métropole organisait ce samedi, un rassemblement devant la Mairie pour « défendre notre patrimoine naturel commun ».

VOIR AUSSI : Hérault, le L.I.E.N : un enjeu écologique et un mensonge politique ?

Le projet de la Liaison Intercantonale d’Évitement Nord (LIEN) fait encore et toujours débat et à l’occasion des Journées du patrimoine, René Revol ne décolère pas, « nous nous opposons au tracé du LIEN, qui est pour le moment le seul tracé proposé, un tracé destructeur, il y a déjà 17.000 arbres qui ont été coupés, nous avons pu arrêter le processus grâce à des recours, et nous le faisons de manière démocratique, nous le faisons en utilisant tous les moyens de la loi, nous le faisons en soutenant la mobilisation citoyenne, et nous saluons les associations qui mènent ce combat. »

Et le Maire La France insoumise, pouvant compter sur le soutien de la Vice-présidente de la Métropole à l’Aménagement durable, Coralie Mantion (EELV) et de la conseillère métropolitaine, Alenka Doulain (Nous Sommes), de compléter, « certains ont voulu introduire de la violence, car à partir du moment où il y a de la violence, c’est beaucoup plus facile de nous réprimer, de nous empêcher de mener notre action, mais nous nous allons donc nous situer sur un terrain démocratique, avec le soutien de la majorité de la population. Chaque fois que nous nous sommes présentés à une élection, en 2008, en 2014 et en 2020, nous avons dit : si vous votez pour nous, nous ferons tout pour empêcher que le LIEN passe, nous ferons tous, car c’est une destruction massive de la nature, il y en a marre que le dimanche on fasse de beaux discours sur la protection de la nature, qu’on aille à des congrès mondiaux faire de belles déclarations et puis qu’en semaine on signe les décrets et les arrêtés et les lois qui détruisent cette nature, car l’enjeu qui est derrière, c’est le maintien de notre écosystème ».

« Pour ce qui concerne le LIEN, vous le savez très bien, l’imperméabilisation qui va être créée par le LIEN est égale à l’imperméabilisation actuelle de toute la zone urbanisée de la partie village de Grabels, la moitié de Grabels », conclut le proche de Jean-Luc Mélenchon. « Donc on double l’imperméabilisation de la cuvette et nous qui avons vécu les effets du réchauffement climatique le 6 octobre 2014, nous savons quels sont les effets de cette imperméabilisation , nous allons nous engager avec toute l’équipe pilotée par Jean-Luc [Martin] sur la désimperméabilisation des écoles, des voiries et en même temps on détruit tout ça. Ça ne serait que des petits pas, le mouvement contre nous serait trop puissant, on reculerait malgré les petits pas, oui il faut une rupture pour mettre en application nos idées et nos valeurs, il en va de l’avenir de nos sociétés, il en va de l’avenir de l’Humanité ».

Partager l'article :