Opposition à la Liaison Inter-cantonale Evitement Nord L.I.E.N mai 2021 ©JPV
Opposition à la Liaison Inter-cantonale Evitement Nord L.I.E.N mai 2021 (©JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« C’est du mensonge politique pur et simple, » Anna Tubiana du collectif SOS Oulala est affirmative sur la communication du département de l’Hérault à propos de la « Liaison Inter-cantonale Evitement Nord, » dite le L.I.E.N : « c’est du mensonge. »

Plus de 30 ans ! Un vieux projet routier « qui colle à un autre temps, » mais qui est ardemment défendu par la majorité PS en place avec comme Président du département : Kleber Mesquida. Un projet conjointement soutenu par la Métropole de Montpellier, et la communauté de commune du Grand Pic Saint-Loup. Alors le dernier tronçon du Lien (RD 68) entre les autoroutes A9 et A750 au nord de Montpellier, est-il une sympathique route champêtre ?

Anna Tubiana (SOS-oulala), Romain Meynier (UCL), Cathy Valat (Alternatiba) et Jean (Extinction Rebellion) étaient vendredi 21 mai en conférence de presse, devant l’Hôtel du Département de l’Hérault pour exprimer en tant que citoyens du territoire toute leur réticence face à « un modèle périmé, » et présenter les résultats de la contre assemblée départementale organisée le 15 mai dernier.

« C’est juste une petite route de liaison »

Souvent beaucoup plus, mais 6 ans de mandat, sans interaction avec les administrés peuvent parfois laisser place à l’errance politique. Presque 40 ans après les premières études, ce dernier tronçon devrait voir le jour entre 2025 et 2026, pour un coût total de 93,5 M€. L’argumentaire d’une démographie en pleine expansion et d’une aire urbaine qui doit s’y adapter avec son réseau routier : est-il toujours d’actualité pour un avenir durable ? La question semble être celle d’un véritable choix de société.

Le mensonge pour les collectifs qui s’opposent au L.I.E.N : c’est de laisser entendre que « c’est juste une petite route de liaison […] Il n’y a pas d’autres solutions, c’est pour une question de pollution, il faut le faire, »  raconte Anna Tubiana. Désengorger la métropole, faire face aux embouteillages des arguments « fakes » pour les différentes associations. RD68, échangeurs à plusieurs niveaux, tunnel, l’ambition est bien plus grande, et la représentante de SOS Oulala prendra l’exemple miroir de l’extension vers les plages : « là, ils ont construit tout le Sud de Montpellier. Ça y est ! Ils sont arrivés à la mer, c’est plein. Il y a des zones commerciales et des lotissements à gogo, du coup maintenant il faut construire au Nord. »

Impact : l’étalement urbain

Depuis fin janvier 2020, le Département de l’Hérault déboise environ 28 hectares de forêt pour installer une nouvelle route, avec comme impact : l’étalement urbain. Et les opposants font les comptes des projets satellites à cette infrastructure : « Parc d’activités Ecoparc Bel-Air 50 hectares, Oxylane à Saint-Clément de rivière qui bétonnerait plus de 20 ha, la zone d’activité du Mijoulan sur 22 ha, et côtés Grand Pic Saint-Loup l’exploitation de la carrière Lafarge de Combailleux ressusciterait avec le L.I.E.N. » Il faut aussi évaluer l’environnement, impact n° 2 : une activité écocide, et des espèces animales protégées en danger, d’autres réalités.

Le collectif SOS Oulala, Extinction Rébellion Montpellier, ANV-Cop21 Montpellier, Alternatiba, l’Union Communiste Libertaire (UCL), et Greenpeace Montpellier ont donc motivé avec les habitants une contre assemblée départementale pour créer une nouvelle réflexion de développement durable, avec des propositions en phase, entre autres, avec le changement climatique. Les propositions sont à retrouver ici.

Ce vendredi, l’objectif était de mettre ces propositions dans le débat public et de les envoyer à tous les candidats aux élections départementales, « pour que ce projet mortifère d’étendre toujours plus la métropole et de bétonner des dizaines d’hectares de zones naturelles et agricoles au nord de la ville fasse l’objet d’un débat réel. » Et à quelques jours des élections, devant l’Hôtel du Département, la fébrilité s’est fait ressentir avec l’intervention des services de sécurité venus rapidement enlever les panneaux d’affichage.

[VIDEO] Interview avec Anna Tubiana (SOS-oulala), et Romain Meynier (UCL) :

VOIR AUSSI [VIDEO] Squat politique : MÉR est née pour résister au chantier du L.I.E.N

Un électeur est avant tout un recruteur, en charge de choisir son personnel politique

Les élections départementales méritaient bien un tel sujet pour rappeler aux électeurs l’importance de ce scrutin, mais aussi pour leur redonner confiance dans leur rôle. Un électeur n’est pas un croyant agenouillé devant une profession de foi contenue dans un tract lâché à la volée sur les marchés, ou les réseaux sociaux. Un électeur n’est pas agenouillé devant une urne en espérant en voir sortir l’élu. Un électeur est avant tout un recruteur en charge de choisir son personnel politique. Et cette occasion se présente à nouveau les 20 et 27 juin prochains, pour les élections départementales et régionales.

VOIR AUSSI [VIDEO] La MÉR de Combaillaux : L’affaire est très loin d’être terminée

 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Cathy Prost - septembre 2021 (©JPV)

[VIDEO] Qui veut d’un stade à Pérols ? Cathy Prost demande une consultation citoyenne

« Il y aura un nouveau stade, » une des promesses de campagne de « Montpellier Unie » l’accroche publicitaire de la liste de Michaël Delafosse pour les dernières Municipales. Aujourd’hui, la construction de...

Montpellier : Suivez le Conseil de Métropole du 28 septembre, en direct

79 affaires sont à l’ordre du jour du Conseil de Métropole La séance peut être suivie en direct, à partir de 8h30. VOIR AUSSI : Montpellier : Conseil de Métropole...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES