Hérault : mobilisation contre le LIEN
Hérault : mobilisation contre le LIEN

« Ne laissons pas le LIEN bétonner notre avenir. » La position est claire, et en dénonçant des élus qui ne représentent qu’eux-mêmes, SOS Oulala, Extinction Rébellion, Greenpeace, ANV-Cop21 souhaitent s’opposer avec réussite à un projet écocide, et anti-social.

Le rendez-vous est donc donné le samedi 15 mai à 16h00 au Parc Alco (amphithéâtre en plein air à côté de la Mare aux canards) pour une Contre Assemblée Départementale.

L’hyper-métropolisation

La lutte contre le LIEN côté périphérique Nord de Montpellier est comme la protection d’un dernier maillon avant la construction des ZAC au nord de la ville. Les différents collectifs proposeront des ateliers à la recherche d’alternatives face à l’hyper-métropolisation, autour de quelques questions essentielles en matière de gestion du territoire : l’accès au foncier, les circuits courts et l’autonomie alimentaire. La fin du trafic pendulaire, la biodiversité et la gestion des forêts, avec un objectif : des villages vivants, plutôt que villages-dortoirs.

Le Lien, « au mépris de la santé publique »

Le collectif SOS-Oulala, face à la vision d’une métropole dévorante, affirme : « nous opposons un autre avenir. » Pour eux les éléments sont les suivants : « c’est la destruction de 115 espèces protégées, l’artificialisation du réservoir le plus riche en biodiversité de la Métropole de Montpellier. » Sous l’angle de l’agriculture et de la production : « c’est le saccage d’une centaine d’hectares agricoles. »

Et selon l’ensemble des collectifs, « le LIEN c’est surtout une constellation de projets en cascade, qui n’ont rien d’écologique : un minimum de 70 ha de ZAC est déjà prévu, et la carrière Lafarge-Granulats attend en embuscade l’ouverture du LIEN. »

SOS Oulala, Extinction Rébellion, Greenpeace, ANV-Cop21 ont une conviction : les élus du département « piétinent les derniers espaces de biodiversité et au mépris de la santé publique. »

Plus de renseignements :

Partager l'article :