Primaire citoyenne d’EELV à Montpellier, le 12 octobre 2019 (© AM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mis à jour dim. 18 avr. à 21h30

Les écologistes semblaient pourtant avoir tranché l’épineuse question de la « méthodologie » pour les élections départementales.

En début de mois, les écologistes du Département avaient décidé de privilégier une « démarche unitaire » canton par canton, au détriment d’une alliance avec le PS ou La France insoumise.

Un choix remis en cause vendredi soir.

La contradiction est venue de plusieurs représentants EELV, proche de la majorité municipale de Montpellier. Ceux-ci avaient décidé de remettre sur la carte la possibilité d’un accord, avec le PS ou La France insoumise, sur les 5 cantons de Montpellier, et sur celui de Montpellier-Castelnau.

Ce nouveau choix devait ainsi être tranché lors d’une Assemblée Générale de groupes locaux, CLAPAS, MONTPELLIER et VENE et MOSSON, vendredi soir.

Une AG dont le principe même posait question, au regard des statuts de l’organisation et alors qu’une autre assemblée générale départementale était déjà prévue au cours du week-end.

Vendredi soir donc, les groupes locaux de Montpellier décidaient de voter pour une liste commune avec le PS, en contradiction avec la position départementale initiale.

Victoire de courte durée. L’assemblée générale a décidé de partir avec le Printemps Héraultais et La France insoumise.

Les militants, proches de la majorité socialiste de la Ville, n’auront pas eu le temps de sabrer le champagne, que leur initiative était déjà retoquée.

Ainsi, pour les cinq cantons de Montpellier et celui de Montpellier-Castelnau, avec 142 voix pour, 107 contres et 9 blancs, les écologistes ont décidé d’une stratégie canton par canton avec le Printemps Héraultais et La France insoumise, et potentiellement avec Génération.s, Génération Écologie, le PRG et d’autres mouvements et collectifs citoyens.

Si cette confusion rappelle furieusement les errements d’EELV aux dernières élections municipales, une chose est sûre, l’écologie politique n’a jamais autant eu, dans l’Hérault, la position de faiseur de rois pour les prochaines élections. Ceci explique peut-être cela.

Sitôt la décision connue, Nous Sommes tend la main à EELV

Pour le collectif montpelliérain engagé dans une démarche unitaire pour les élections départementales, « c’est un véritable désaveu de la politique du Parti Socialiste et de la logique consistant de faire de EELV la caution verte d’une politique écocide. Le Parti Socialiste, du niveau local au niveau national, n’a pas su être à la hauteur des grands enjeux du XXIe siècle. »

Les militants tendent à nouveau la main aux écologistes, « cette décision des adhérents acte cet échec. À nouveau, nous renouvelons notre souhait de travailler avec EELV, tout comme avec LFI, Génération.s, et les autres forces du bloc du commun, car nous sommes convaincus que les convergences sociales et écologiques entre ces partis et notre mouvement sont nombreuses. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Végétalisation participative, demandez le guide !

Végétalisation participative : un guide pour accompagner les habitants. Ça se passe à Sète. Débroussailler, nettoyer, planter, ce ne sont pas les seules missions du service Jardins et paysage de...

Variant Omicron : 13 cas suspects en France

13 cas suspects de contamination au variant Omicron de la COVID-19 ont été détectés en France. Selon Gabriel Attal en conférence de presse ce mercredi : « il y a actuellement...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES