Urgence écologique (© JPV)

Alors que les élections départementales sont, pour le moment, toujours prévues pour les 13 et 20 juin, les écologistes héraultais préparent doucement leur stratégie, loin des regards médiatiques.

Depuis les élections européennes de 2019, l’écologie a le vent en poupe. Alors que le Rassemblement national est déjà pronostiqué au deuxième tour dans 22 cantons sur 25, la désunion des forces de gauche et la « presque » disparition du Front républicain pourraient offrir le Département au parti à la flamme.

Après avoir rencontré plusieurs forces de gauche, allant d’Ensemble ! au Parti socialiste, en passant par Nous Sommes, La France insoumise, le PCF, Génération.s et Génération Écologie, le groupe héraultais n’a toujours pas acté sa stratégie. À 74 jours du premier tour, petit tour d’horizon des principaux rapports de force. Les écologistes ont-ils déjà prévu de lancer un appel aux forces de gauche pour construire des binômes pluriels ?

Le grand écart : du PS à la France insoumise

Alors que la majorité socialiste sortante a fait de multiples appels du pied aux écologistes, la question programmatique reste épineuse. Sur le seul plan stratégique et dans le cadre d’un accord potentiel PCF/PS/PRG/EELV, les écologistes pourraient  présenter des candidatures communes sur plusieurs cantons montpelliérains et  biterrois, avec l’abandon de plusieurs cantons aux socialistes sortants. Un mariage de raison qui pourrait être la clé pour un groupe EELV dans une majorité socialiste, à l’image de la situation montpelliéraine.

Autre possibilité, une potentielle alliance avec la France insoumise insérée dans un ensemble ad hoc, « le Printemps héraultais ». Dans ce cadre, les écologistes seraient déjà plus en phase sur la forme et le fond, mais avec des risques de succès bien moindres.

L’accord pourrait ainsi englober l’ensemble des 25 cantons du département, à une condition, près semble-t-il, l’absence du mouvement municipaliste Nous Sommes, dans l’alliance. Un prérequis qui a peut-être été levé, suite à l’appel à la démission de Mohed Altrad par leur cheffe de file… à suivre…

Partager l'article :