Sénatoriales 2020, il ne devrait pas y avoir de séisme. Bien présents dans de nombreuses villes dites “moyennes,” le centre et la droite ne vivront pas de grosses déceptions au palais du Luxembourg, le 27 septembre prochain. Ces formations politiques conserveraient alors la majorité, et Gérard Larcher resterait encore à son poste de Président du Sénat.

Gérard Larcher candidat à sa propre succession à la présidence du Sénat, c’est une lapalissade. Ce vétérinaire de 71 ans farouchement opposé à la réforme constitutionnelle, et souhaitant “normalement” prendre en compte la future réforme des retraites pour les sénateurs, restera vraisemblablement le troisième personnage de l’État. Les Municipales de mars et juin 2020 permettent d’entrevoir le prochain visage de la Haute-Assemblée. Il se dessine comme une reconduction de la majorité sénatoriale LR, UDI et Divers Droite.

Hérault : 2556 électeurs sénatoriaux

Sénatoriales, c’est l’élection de laquelle le citoyen est un peu, voire largement exclu. Une catégorie “poids lourds” s’en charge : les grands électeurs. Cette élection au suffrage indirect est l’apanage d’un corps électoral composé à plus de 96 % par les conseillers municipaux et leurs délégués.

Dans l’Hérault 4 sièges sont à pourvoir, avec un vote confié à 2556 électeurs sénatoriaux. Les sortants sont Marie-Thérèse Bruguière (LR), Henri Cabanel (RSDE), Agnès Constant (LaREM), Jean-Pierre Grand (LR). Et seule Marie-Thérèse Bruguière ne se représente pas pour ces Sénatoriales 2020.

Marie-Thérèse Bruguière (LR), Henri Cabanel (RSDE), Agnès Cosntant (LaREM), Jean-Pierre Grand (LR)
Marie-Thérèse Bruguière (LR), Henri Cabanel (RSDE), Agnès Constant (LaREM), Jean-Pierre Grand (LR)

Pour l’ensemble du territoire, les résultats des élections seront disponibles à partir de 17h30 le 27 septembre, sur le site senatoriales2020.senat.fr, grâce à une carte interactive.

Hérault : 14 listes et 84 candidats

14 listes et 84 candidats, une ligne de départ bien chargée dans l’Hérault pour 4 places.

Au tableau national, la position du PS est tendue : sur 71 sénateurs, 37 sont renouvelables. Le groupe PS doit pouvoir limiter la casse, le parti s’est bien maintenu aux municipales notamment à Montpellier, et sur le fil à Lille. Question composition des groupes : LaREM pourra quoi qu’il arrive garder le sien composé de 23 sénateurs, où 10 sont à renouveler pour 2020. Sachant que 10 sénateurs suffisent pour constituer un groupe. Côté écologistes, l’ambiance est au beau fixe, et ils devraient retrouver un groupe perdu en 2017. Pour eux le suspense est : plus de 20 ou moins de 20 sénateurs ? En revanche, une insolente stabilité est à prévoir pour la droite.

Dans le département de l’Hérault, sur la droite extrême, Franck Manogil conseiller départemental est tête de liste pour le Rassemblement National avec en numéro 2 : Julia Plane. À droite, toujours en lice l’ancien maire de Castelnau-le-Lez : Jean-Pierre Grand. Il devra peut-être surveiller deux listes DVD avec : Florence Medina et Marie-Agnès Sibertin-Blanc, sans compter l’UDI Joseph Francis en embuscade. Jacques Dandine, président du Mouvement radical est lui aussi présent pour ces élections. La question Agnès Constant reste entière : sera-t-elle le symbole territorial de la déconvenue annoncée de LaREM ?

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec Joseph Francis : « J’entends être le serviteur des maires »

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Sénatoriales : Marie-Agnès Sibertin-Blanc, candidate de la sécurité et de la ruralité

Sur la gauche Hussein Bourgi, le secrétaire départemental du PS risque de se faire un peu déborder par les candidats Christian Bilhac et Henri Cabanel. Zina Bourguet conseillère régionale d’Occitanie semble pouvoir pour les écologistes : créer la belle surprise du département, hors consignes de vote. Plus à gauche, on retrouve Éric Bringuier pour le Parti communiste. D’autres candidats comme Ilhem Goulli et Patrick Ladislav Maurice s’identifient, selon eux avec une étiquette écologiste.

VOIR AUSSI, Sénatoriales : Hussein Bourgi, « plus motivé que jamais », à trois semaines de l’élection

À noter : Le compte Twitter du Sénat permettra aux internautes de suivre les enjeux des élections, leurs résultats et les réactions politiques. Avec des interviews et des vidéos publiées sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Instagram.