Montpellier : COM, « et si nous redressions la barre avant qu’il ne soit trop tard ? »

Nous Sommes Montpellier à vélo, en novembre 2019 (CR NS)

Le collectif citoyen, dont la cheffe de file a été élue, conseillère municipale et métropolitaine en juin dernier cherche à mobiliser les citoyens à un peu plus d’une semaine de la fin de l’enquête publique concernant le Contournement Ouest de Montpellier (COM).

VOIR AUSSI : [TRIBUNE] La COVID19 ne peut pas être le prétexte à un étouffement des manifestations prévues à la rentrée !

Le Contournement Ouest de Montpellier (COM) a divisé pendant la campagne des municipales. Pour Nous Sommes, « le verdict est clair : non, ce projet n’est pas d’utilité publique ».

En pratique, l’enquête publique, qui doit permettre à tous les citoyens de donner leur avis sur ce projet, est ouverte jusqu’au 7 Septembre. Vous avez la possibilité de participer rapidement à l’enquête, ici : http://www.contournement-ouest-montpellier.fr/enquete-publique/donnez-votre-avis-sur-le-contournement-ouest-de-montpellier-109.html

« contrairement aux idées reçues, cette nouvelle infrastructure routière n’apportera aucune réponse aux embouteillages » – Nous Sommes Montpellier

VOIR AUSSI : [VIDEO] Un plan « urgence mobilités » pour Montpellier, Michaël Delafosse veut changer de paradigme

Pour le collectif citoyen, « contrairement aux idées reçues, cette nouvelle infrastructure routière n’apportera aucune réponse aux embouteillages qui gâchent la vie des habitants de l’Ouest de la métropole et au delà. Comme cela est écrit dans le dossier d’enquête « la réduction globale du temps passé en véhicule dans l’aire d’étude [est] de l’ordre de 3 % », c’est à dire moins de 2mn pour un trajet d’une heure. En revanche, des dépenses publiques colossales (entre 280 et 400 M€ pour 6 petits kilomètres) seront nécessaires à la réalisation de ce projet anti-écologique. Il convient de rappeler que le projet prévoit notamment le triplement du nombre de véhicules, entraînant une explosion de la pollution de l’air, de l’eau, et des nuisances sonores, et l’artificialisation de 56ha de terres agricoles (soit un territoire équivalent à 2 fois l’Écusson). »

Plus fondamentalement, ceux-ci demandent que le Maire de Montpellier et Président de la Métropole « réaffirme et acte officiellement son engagement de campagne: 0€ de financement métropolitain dans ce projet ! La Métropole de Montpellier étant jusqu’à présent (avec l’État) le principal financeur du C.O.M., cette prise de position publique se doit d’intervenir avant la fin de l’enquête, car les données sur le financement doivent être connues des citoyens s’exprimant sur le sujet. Il est nécessaire que cet engagement ferme soit acté rapidement par un vote en Conseil métropolitain », conseil où siège notamment, leur ancienne candidate aux élections municipales, Alenka Doulain.

L’appel est aussi lancé aux élus Europe Écologie les Verts siégeant dans la majorité, qui s’étaient opposés au COM durant la campagne de premier tour, « de sortir de leur silence post-électoral à ce sujet et d’agir en conséquence ».