[VIDEO] Un plan « urgence mobilités » pour Montpellier, Michaël Delafosse veut changer de paradigme

Michaël Delafosse en conférence de presse, mardi 28 janvier 2020 - © Lila Brochier

Changement de modèle, changement de paradigme pour une ville et une métropole plus désirables, Michaël Delafosse a mis en place un plan « urgence mobilités » qui fait écho à sa mesure de gratuité des transports, comme à la prise en compte de l’urgence climatique.

« C’est le maire qui a la responsabilité des politiques de mobilité, il a l’AOT Autorité Organisatrice des Transports sur le territoire. On a fait de ce sujet-là, un enjeu majeur, avec une première proposition sur la gratuité, mais qui s’inscrit dans une réflexion globale, avec un plan “urgence mobilitépour la métropole, » explique le candidat d’Un Nouveau Souffle pour Montpellier.

Le désir de changement plus fort que l’interdit

L’urgence n’engendre pas ici la précipitation. L’interdiction n’est pas l’approche choisie, la nécessité d’une réorganisation saine des mobilités passe par un désir de changement plus fort que l’interdit. Un désir qui offrirait des résultats rapides et efficaces. « Notre approche ce n’est pas de dire, on veut interdire la voiture. Mais le but, c’est de rendre plus désirables d’autres modes de déplacement dans un espace urbain plus apaisé, » tient à préciser Michaël Delafosse.

Entouré de Damien Vieillevigne, architecte et Laurent Nison, spécialiste des applications cartographiques, membre de la FUB et de Vélocité, Michaël Delafosse défend un projet qui veut développer fluidité et apaisement. Et si les publicités de l’industrie automobile pleuvent sur tous les écrans, rouler en SUV diésel dans une métropole semblera aussi déplacé que de fumer dans une nursery.

Interview Michaël Delafosse, candidat aux municipales 2020, « Un Nouveau Souffle pour Montpellier » :

« Un choix qu’un maire doit savoir faire »

Déterminé et précis, voire provocateur, le candidat Michaël Delafosse donne en exemple le choix budgétaire à faire pour assurer la gratuité des transports en commun : « c’est 5% des dépenses de fonctionnement qui relèvent d’un choix qu’un maire doit savoir faire […] Si on n’est pas capable de bouger 5% de son budget de fonctionnement, il faut faire autre chose… » Le ton est donné, pour un changement majeur : celui de l’expertise.

Un changement majeur

Un Plan Mobilités actives de 100 millions d’euros, c’est donc : une gratuité des transports en commun, la mise en place d’un Réseau Express Vélo (REV) du centre-ville vers Castelnau, le rond-point du Grand M, et les facultés, la réalisation d’un anneau vélo (périphérique vélo) autour du centre-ville avec des voies cyclables pénétrantes, un programme d’aménagements pour se rendre à l’école à vélo, un doublement du nombre d’arceaux pour les vélos, l’installation de box fermés, un grand parking à côté de la gare Saint Roch, un nouveaux Vélomagg avec des vélos électriques et des services de location longue durée de vélos électriques, la réalisation de passerelles au-dessus du Lez à la station de tram Pompignane, et au-dessus de l’avenue de la Liberté pour l’accès au collège Gérard Philippe, un plan piéton pour développer la marche entre les quartiers et vers les écoles, une ville apaisée avec le passage à 30 km/h partout sauf sur les grands axes, et la création d’un dimanche sans voiture, histoire de prendre goût progressivement à ce changement de paradigme.

REV Réseau Express Vélo & Anneau Vélo

Mais les grandes infrastructures souffrent d’un retard dont la cause serait le laxisme du mandat écoulé, selon Michaël Delafosse. Retard qu’il faut rattraper avec : la réalisation de la ligne 5 du tramway et le raccordement à la gare TGV Sud de France, 4 lignes de bus à haut niveau de service dans la ville, une étude de projets de bus sur les anciennes voies ferrées vers Poussan à l’Ouest et Castries à l’Est, la création des Pôles d’échanges multimodaux à Notre-Dame de Sablassou et Villeneuve-lès-Maguelone, une voie réservée aux bus sur l’A750 et l’A9, et le développement de parkings relais pour encourager le covoiturage et l’autopartage.

Transit, COM et DEM. Un nouveau plan de circulation permettra de  réussir ce plan « urgence mobilités ». Première cible : le trafic de transit et donc revoir la circulation du centre-ville, terminer la mise en fonction des contournements Est et Ouest, c’est à dire la Déviation Est de Montpellier (DEM) et le Contournement Ouest de Montpellier (COM).

La nécessité d’un changement majeur, pour la santé des citoyens comme celle de la planète, impose néanmoins une méthode basée sur la concertation et la transparence avec  les professionnels, les habitants, et les associations.

L’avenue de Toulouse demain

« La requalification de la voirie permettra de tisser des liens entre les quartiers, de les revaloriser [… ] on se demandera, mais comment c’était avant ? » précise Damien Vieillevigne. Dimanche 15 mars 2020, premier tour des municipales Michaël Delafosse et son équipe semblent déjà affutés, et dans les starting-blocks.