SOS Oulala devant la Métropole de Montpellier (© AM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Au Nord de Montpellier, près de 30 000 arbres sont arrachés pour la construction du L.I.E.N (Liaison Intercommunale d’évitement Nord). Le collectif SOS Oulala continue sa lutte pour faire cesser ce « carnage écologique sans précédent ».

Le projet routier se poursuit malgré toutes les mobilisations de plusieurs collectifs engagés dans la lutte environnementale. Cette forêt située au Nord de Montpellier, propose des sentiers de randonnée et bénéficie d’une grande richesse d’espèces animales. Elle se voit peu à peu démunie de sa verdure. À la place des conifères, des troncs d’arbres morts desséchés jonchent le sol. La terre est retournée par les tractopelles. L’odeur des pins et le chant des oiseaux se transformeront bientôt en odeur d’essence et en brouhaha de voitures.

En octobre 2020, le Département de l’Hérault détruit la Maison de l’Ecologie et des Résistances au bulldozer, et expulse les citoyens engagés pour la cause écologique. Peu de temps après, le Département distribue dans les boîtes aux lettres, des plaquettes accusant les opposants au projet de propager des « FakeNews. » Malgré ces actions des associations, le L.I.E.N ne semble pas près de s’arrêter.

En début d’année 2021, le Président du Département de l’Hérault a présenté ses vœux en insistant sur l’importance de lutter contre le changement climatique. « Les arbres font partie des enjeux environnementaux. C’est ainsi qu’en 2020, 28 000 arbres ont été plantés par le département. Je voudrais souligner les nombreux atouts de l’arbre qui permet l’absorption de carbone et des particules fines pour rendre le territoire respirable. C’est aussi un précieux refuge pour la biodiversité. explique-t-il. « Nous pouvons encore agir et agir dès maintenant ! »

Pour SOS Oulala cette prise de position est difficile à comprendre face au projet du L.I.E.N. Ces discours d’espoir seraient-ils du « greenwashing ? »

Si certaines actions sont instaurées en faveur de la protection de l’environnement avec, par exemple la mise en place des Poissons Gloutons pour trier les déchets plastiques le long du littoral, raser une forêt ne semble pas vraiment concorder avec un positionnement au vert sur l’échiquier politique.

SOS Oulala, Greenpeace, Exctinction Rébellion, ANV-COP21 et Alternatiba demandent l’arrêt du L.I.E.N.

VOIR AUSSI : Hérault : Les militants contre la construction du LIEN accusés de FakeNews

Ces associations ont déposé un recours gracieux en 2020, concernant les espèces protégées. L’objectif ? Interpeller les élus et les responsables des autorités territoriales sur leur responsabilité politique à diminuer l’empreinte carbone et l’artificialisation des sols.

Un reportage réalisé par l’antenne montpelliéraine de Fakir a permis aux membres du collectif, de prendre la parole. 115 espèces protégées seraient présentes au sein de la forêt où se construit actuellement le L.I.E.N.

En parallèle SOS Oulala convie ceux qui le souhaitent, à signer la pétition contre le L.I.E.N ici :  http://change.org/montpellier

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Gabriel Attal en visite dans l’Hérault pour défendre la politique du gouvernement

L’Hérault est sévèrement touché par la reprise épidémique (quatrième de France), avec un taux d’incidence de 525 cas pour 100 000 habitants. Alors que la France vient de franchir le...

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES