La situation des EHPAD dans le secteur public et plus particulièrement dans le secteur privé lucratif est très alarmante.

Les salariés et agents du secteur témoignent toutes et tous de leur grande détresse, devant le manque criant de personnels de matériel de protection pour les agents et les résidents, même si cela s’améliore pour le matériel de jour en jour, ils ont peur que cela ne soit trop tard.

Nous savons que si la problématique de la pénurie de masques et de matériel de protection dans les EHPAD est aussi criante, c’est que le gouvernement nous a menti et qu’une nouvelle fois il a un train de retard sur la crise sanitaire dans les établissements médico-sociaux. 

Mais, au-delà de la situation face au COVID 19, voilà maintenant des années que le secteur des EHPAD alerte, se mobilise, revendique.

Nos gouvernants ont tous très vite oublié les conséquences et les promesses faites suite à la canicule de 2003 qui a tué 19 480 personnes âgées. 

Pour rappel en 2003, nous avions en Maisons de Retraite un ratio personnel/résident d’environ 0,82 % et suite à cette tragédie, un plan grand âge avait été décidé pour le porter à 1 personnel par résident au plus tard en 2010.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? : Ce ratio a baissé et il est d’environ 0,59 % dans le public tout personnel confondu (Direction, administratifs, cuisiniers, blanchisseurs, soignants…) et de 0,50 % dans le privé lucratif alors que nos ainés entrent en institution beaucoup plus dépendants qu’en 2003.

Pour information en Suisse, au Danemark… le ratio est de 1,2 % soit le double de chez nous…  Il faut savoir que dans les établissements privés lucratifs des groupes Korian, Orpéa, Opalines… le prix de journée est supérieur de 30 % aux établissements publics pour un ratio personnel/résidents inférieur; il faut bien rémunérer les actionnaires !…

Les personnels soignants en temps normal n’ont que 13 minutes par jour et par résident à leur accorder pour les laver, donner les repas… c’est ce que nous appelons et dénonçons comme de la maltraitance institutionnelle due au manque de personnel.

Comment voulez-vous en plus aujourd’hui avec cette terrible pandémie que les soignants s’en occupent correctement, les confiner dans leurs chambres les faire manger individuellement, prendre toutes les mesures barrières…

Pour la CGT le plan grand âge doit être appliqué en urgence et porter le ratio résident/personnel à 1 pour 1 et même un peu plus, suivant le niveau de dépendance. Il est urgent de créer 200 000 emplois dans nos établissements, comme il est nécessaire que toutes nos EHPAD soient publiques, nous ne devons plus accepter que le monde de la finance s’enrichisse en maltraitant nos ainés

Aujourd’hui, plus que jamais, ces propositions prennent tout leur sens. 

En EHPAD, le risque accru de contagion grandit ! L’ensemble des personnels doit disposer de moyens de protection adéquats et efficaces, pour soigner et les salariés médicaux et paramédicaux restent les seules personnes qui entrent dans les établissements et qui peuvent donc transmettre le virus.

Nombre d’entre eux sont renvoyés en confinement, à domicile, car ils ressentent les symptômes du COVID 19. Ni testés, ni diagnostiqués et ils demeurent dans un désarroi profond. De plus, ils ne sont pas toujours remplacés et cela aggrave profondément la situation de leurs collègues et des résidents.

Le gouvernement doit prendre la mesure de cet état de fait. Les mesures de prévention et les effectifs sont insuffisants, à ce jour, pour éradiquer ce virus dévastateur !

Le gouvernement communique partiellement sur la situation du nombre de personnes touchées et des conséquences en termes de mortalité.

Nous avons des exemples de décès de nos ainés sur le département suspectés de covid 19 mais pas détectés ni déclarés comme décédés de cette maladie.

Le gouvernement là aussi ment, c’est lui qui est en partie responsable de cette tragédie pour ne pas nous avoir entendus ; il doit prendre la mesure de la gravité de la situation !

Nous exigeons du gouvernement qu’il mette en place immédiatement des moyens de protection, des effectifs, des traitements et des tests adaptés pour les résidents et pour les professionnels du secteur. Il s’agit de sauver des vies humaines ! 

Il y a une urgence absolue d’approvisionner les professionnels en masques, gel, surblouses et de réaliser des dépistages systématiques.

Les conditions de travail, l’accueil et l’accompagnement des personnes âgées étaient déjà déplorables avant la crise sanitaire et, aujourd’hui, cela s’aggrave par un manque d’effectif permanent. La CGT exige que l’ensemble des soignants dispose, immédiatement et partout sur le territoire, des moyens de protection adéquats pour protéger les personnes âgées dépendantes et vulnérables.

Aujourd’hui, si hécatombe il y avait, ce serait uniquement la faute du gouvernement et des groupes privés du secteur lucratif qui n’ont pas fourni les moyens de protection à leurs salariés! Et pas par la faute des professionnels qui font leur maximum, avec souvent trop peu de moyens ! Toute la nation devra analyser ce qui s’est passé, ce que l’on aurait pu éviter, les vies que nous aurions pu sauver et les décisionnaires auront le moment venu des comptes à rendre.

Ce moment venu, toute la CGT du Gard avec les salariés saura prendre ses responsabilités et continuera être une force de propositions comme depuis toujours, pour que l’on ne revive jamais plus cela, pour que nos ainés qui ont contribué à créer les richesses de la nation puissent être enfin soignés décemment.

Pour le BUD de l’UD CGT du Gard.
Bruno RIVIER