Particulièrement bavard en ce vendredi 7 février, Olaf Rokvam, candidat du Rassemblement National à Montpellier réunissait la presse pour évoquer ses idées sur la mobilité, et notamment les tramways et les voitures, dans la capitale héraultaise, pour les années à venir. Il était, cette fois, entouré de deux jeunes colistiers, Hamza Oura, spécialiste de la voirie, et Jason Khalifat, spécialiste de la jeunesse. 

« Il faut rendre aux Montpelliérains l’envie et surtout la possibilité de retourner dans leurs commerces du centre-ville. » Voilà, le leitmotiv du chef de file de l’extrême droite à Montpellier est posé. Pour y parvenir, il ne manque pas d’idées. La première d’entre elles sera d’ « offrir 2h00 de stationnement aux gens qui viendront dans les parkings du centre-ville. »

Le Tramway, autre axe de travail du candidat Rokvam

Reprenant dans son propos, la proposition du candidat socialiste Michael Delafosse de rendre gratuits les transports publics dans Montpellier, Olaf Rokvam a estimé que cela est «irréalisable, stupide et utopique ». L’actuel conseiller municipal d’opposition de Montpellier appréciera.

S’il accède au pouvoir dans moins de 6 semaines, le chef de file Rassemblement National, lui, « fera ce que Saurel n’a pas su faire, c’est-à-dire, le tram vraiment à 1 euro ». Décidément très en verve, le candidat a promis qu’avec lui, « une vraie tarification sociale sera instaurée dès cette année ». 

Aider les personnes ayant de faibles revenus financiers est une chose honorable. « Nous lancerons le tram à 120 euros par an, pour les collégiens, lycéens et étudiants », a fait savoir le chef de file avant d’ajouter qu’il faut « permettre à tous nos jeunes d’étudier sans avoir le souci du financement de leurs transports » 

Déplorant que sur le tramway, « peu de choses ont vraiment changé ces dernières années », Olaf Rokvam a répondu qu’il « attend toujours l’extension de la ligne 1 jusqu’à l’aéroport ainsi que l’accès en tramway à la mer et à la nouvelle gare Sud de France », en réponse à une question d’une journaliste héraultaise.  

 Ode à la Mer, « une catastrophe », mais…

Alors que le futur centre commercial Ode à la Mer fait partie des sujets importants de cette campagne municipale, Olaf Rokvam a qualifié ce projet de « véritable catastrophe », ajoutant que cela « n’aidera pas à rendre réellement attractif le commerce de centre-ville ». Soucieux de redonner au centre-ville de Montpellier ses lettres de noblesse, le candidat a certifié qu’il « mettra tout son poids dans la balance pour qu’un tel projet (Ode à la Mer. Ndlr) ne se fasse surtout pas ».

Mais, interrogé par « Le Mouvement », Olaf Rokvam a expliqué que s’il devient Maire et Président de la Métropole de Montpellier, il « travaillera de façon collective avec les maires de toutes les communes dont Lattes et Pérols (concernés par Ode à la Mer, ndlr) et que si son Vice-président au Développement économique et à l’attractivité lui indique que c’est un bon projet, alors ça pourrait se faire. Vous avez dit contradictoire ?

VOIR AUSSI Le Rendez-Vous avec Olaf Rokvam : « Je ne suis pas un homme politique comme les autres »