Vendredi 1er juin, l’intersyndicale de l’Université de Montpellier, la LDH et l’avocat de huit des victimes ont tenu une conférence de presse suite à la publication d’un rapport administratif sur les incidents survenus en mars à la Faculté de Droit.

Le Président de l’Université a de son côté saisi la section disciplinaire à l’encontre de l’ex-doyen Philippe Pétel et de Jean-Luc Coronel de Boissezon, professeur de la faculté.

Beaucoup de questions restent aujourd’hui en suspens, notamment celle de la valeur de ce rapport.

VOIR AUSSI : Montpellier : rapport « Intrusion et faits de violence dans un amphithéâtre de l’UFR droit et science politique de l’université de Montpellier »

Pour Sophie Mazas, la présidente de la Ligue des droits de l’homme à Montpellier : « On se demande pourquoi les inspecteurs n’ont pas présenté la liste des éléments sur lesquels ils ont fondé l’enquête. On nous assure que le rapport a été soumis au débat contradictoire, mais de qui ? » 

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !