Conseil municipal à Nîmes (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Ils étaient (presque) tous là pour ce premier Conseil municipal en présentiel depuis quelques semaines. Pas moins de 52 affaires étaient inscrites à l’ordre du jour ce samedi 29 mai au matin dans la salle du conseil de la mairie de Nîmes.

Dans un court, mais complet propos liminaire, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes, s’est réjoui de constater que progressivement « la situation s’améliore et que depuis une douzaine de jours, certaines restrictions ont enfin été levées » permettant « en effectif réduit, la tenue de ce Conseil ».

« Je reste attentif à l’évolution de la situation et de l’association autour du Nîmes Olympique. J’ai personnellement reçu tous les protagonistes du dossier en insistant sur la nécessité de sauver le centre de formation ainsi que de préserver le précieux agrément qui va avec. Mais, après cela,  j’ai décidé de prendre un peu de recul durant quelques jours et je suspends par la même occasion, pour quelques jours, toutes les relations avec les équipes de la SAS NEMAU concernant le futur stade, en attendant une réelle clarification de la situation« . C’est par ces mots, finement choisis, que le Maire de la ville a livré le fond de sa pensée concernant le club de football de la ville récemment relégué en deuxième division et en proie depuis à de sérieux remous. Habile manière pour l’édile de ne pas avoir à revenir durant le Conseil sur cet épineux dossier.

Soucieux de ne pas s’appesantir sur des sujets annexes, l’édile a vite laissé la parole à son adjoint aux finances, Pascal Gourdel, qui a longuement présenté le budget annuel de la ville. Minutieux, l’élu a tenu à souligner que « malgré une année 2020 inédite à plus d’un titre, la municipalité continue de maitriser les dépenses de fonctionnement, tout en maintenant les grands équilibres économiques nécessaires au bon fonctionnement de la ville ».

« On veut progressivement désendetter la ville » a affirmé le Monsieur Finances de la cité gardoise en précisant, diaporama à l’appui, qu’ « en 2001, l’endettement était de 292 millions, alors qu’il est désormais établi aux alentours de 182 millions d’euros en 2020″. « Diminuer les investissements est impossible dans une période comme celle-ci », a également argumenté l’élu.

Confondant quelque peu dans son propos, campagne électorale pour les Régionales et vie de la municipalité, l’élu Rassemblement national, Yoann Gillet s’est lancé dans un long monologue pour justifier le fait qu’il votera « évidemment contre » le budget présenté ce matin par la ville de Nîmes. « Le budget alloué à la sécurité ne fait que stagner cette année encore, comme les années précédentes et que les actions de la ville dans ce domaine restent timides ». La ville a fait savoir, en début de semaine, que plusieurs nouveaux policiers municipaux allaient être recrutés dans les prochains mois.

Le Mas Lombard enfin lancé.

Cédant la parole à son fidèle premier adjoint Julien Plantier, Jean-Paul Fournier ne cachait pas sa satisfaction de voir enfin se concrétiser le lancement du futur quartier Mas Lombard, situé en entrée de ville sur la route de Beaucaire.

« Ce secteur sera clairement un quartier moderne et un vrai futur poumon économique pour notre ville« , s’est réjoui le premier adjoint en préambule à sa présentation de ce futur écoquartier. « Il faut une vraie co-construction de ce futur quartier. On n’imposera rien sur ce projet-là », a poursuivi l’élu, précisant au passage que la concertation avec les habitants et les différents partenaires au projet sera lancée le 28 juin prochain.

Dans cette nouvelle entrée de ville, plus de 1100 logements seront créés sur un programme proposé par Eiffage Aménagement et Eiffage Immobilier et qui a finalement été retenu par la municipalité. « Nous allons offrir aux habitants de ce futur quartier, un site moderne avec un accès rapide au centre-ville. Et pour la ville, cela nous permet d’accroître et de diversifier l’offre de logements sur le territoire de la ville », a conclu Jean-Paul Fournier, après que certains élus d’opposition se sont interrogés sur le sujet des mobilités douces prévues sur le futur Mas et du rôle clé de l’agglomération dans ce dossier.

En fin de séance, une bonne dizaine de délibérations concernant la Culture, portées par l’adjointe Sophie Roulle ont été adoptées sans difficulté par les élus présents. Comme quoi, après deux bonnes heures de séance publique, certains sujets restent malgré tout consensuels, entre les différents bords politiques.

Le prochain conseil municipal a été fixé au 3 juillet 2021.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Cathy Prost - septembre 2021 (©JPV)

[VIDEO] Qui veut d’un stade à Pérols ? Cathy Prost demande une consultation citoyenne

« Il y aura un nouveau stade, » une des promesses de campagne de « Montpellier Unie » l’accroche publicitaire de la liste de Michaël Delafosse pour les dernières Municipales. Aujourd’hui, la construction de...

Montpellier : Suivez le Conseil de Métropole du 28 septembre, en direct

79 affaires sont à l’ordre du jour du Conseil de Métropole La séance peut être suivie en direct, à partir de 8h30. VOIR AUSSI : Montpellier : Conseil de Métropole...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES