Houssem Aouar, auteur d'un but, a fait un très bon match à Nîmes. (©Olympique Lyonnais / Damien LG)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Pour l’avant-dernière journée du championnat, Nîmes, avant-dernier au classement de la Ligue 1, recevait une des très grosses écuries de ce championnat, l’Olympique Lyonnais et ses nombreuses stars.

Les Gardois se devaient de faire le meilleur match de leur saison pour espérer gagner et garder un infime espoir de se maintenir en Ligue 1. Il n’en a rien été. Lyon était bien trop fort, à tous les niveaux. Nîmes est reléguée en Ligue 2.

On évitera le paragraphe plein de poncifs sur le registre du « ils ont fait ce qu’ils ont pu », « ils ont eu du courage… » etc…. Les Nîmois ont cru à leur bonne étoile durant 4 petites minutes en première période. Le temps pour Moussa Koné d’ouvrir le score à la surprise générale, suite à une grossière erreur défensive de Marcelo. Après, le onze rhodanien s’est mis à jouer et là, les Nîmois ont vite été asphyxiés. (1-0. 6e minute)

Les rhodaniens n’ont pas eu le temps de douter. Lucas Paqueta inscrivait un très beau but du pied gauche, moins de 180 secondes après celui des Gardois. Ces derniers n’étaient qu’au début de leur chemin de croix. (1-1.9e). Après cette égalisation rhodanienne, les coéquipiers d’un Maxwell Cornet inépuisable sur son côté gauche, ont donné à des Gardois pas au niveau, une éclatante leçon de football.

Sur une énième offensive lyonnaise, c’est le capitaine Memphis Depay, bien servi par une transversale parfaite de Léo Dubois, qui marquait son premier but de la soirée. (1-2. 22e.) Pas le temps de respirer pour des Gardois au bord du gouffre. Intenable, Lucas Paqueta s’offre un doublé avec une puissante frappe du pied droit sur laquelle Baptiste Reynet ne peut rien faire. Le gardien nîmois donnant davantage l’impression d’être abandonné par sa défense, comme trop souvent cette saison, que de pouvoir réellement faire quelque chose sur la frappe soudaine du milieu de terrain adverse. (1-3. 26e).

À défaut de réveiller les Nîmois, ce troisième but lyonnais donnait à ces derniers, des envies de marquer toujours plus de buts. Avant la pause, Baptiste Reynet sauvait à plusieurs reprises son équipe d’une plus sévère correction.  À la pause, les Nîmois pouvaient presque s’estimer heureux de n’être menés « que » de deux buts. (1-3.)

Nîmes se réveille… puis retombe vite dans ses travers !

Sonnés, les Nîmois ne tardaient pas à rentrer aux vestiaires. Leur coach, Pascal Plancque, a dû visiblement trouvé les mots justes pour remobiliser une équipe en souffrance depuis quelques semaines déjà et clairement en perdition ce dimanche soir contre une équipe de l’OL, elle, en pleine confiance. (1-4. 47e). En capitaine inépuisable et formé au club, Renaud Ripart tentait une frappe sèche du pied droit qu’Anthony  Lopes bloquait sans difficulté. Le réveil gardois fut de courte durée.

Comme lors du premier acte, Lyon, piqué au vif, se rebellait et remettait immédiatement le pied sur le ballon et une main de fer sur le déroulement du match. À la réception d’une transversale de Lucas Paqueta, cette fois, c’est Houssem Aouar qui ouvrait bien son pied droit pour marquer le quatrième but des Gones en terre gardoise. (1-4. 56e).

Contrairement à la première mi-temps, les Gardois, déboussolés, n’ont pas renoncé juste après le nouveau but de leurs adversaires du soir. Ceux-ci se faisaient ainsi surprendre par un deuxième but marqué par Moussa Koné peu après l’heure de jeu, suite à une des rares erreurs du milieu de terrain lyon, au cours de cette soirée. (2-4. 63e.)

« Jouez, jouez, cours, Allez ! », rugissait le coach rhodanien Rudi Garcia sur son banc, à dix minutes de la fin du match à destination de ses attaquants.

Le manager était bien décidé à écraser les Nîmois et à offrir aux supporters lyonnais, une victoire la plus large possible, face à un adversaire totalement en déroute et en retard dans tous les compartiments du jeu.

Dans les ultimes minutes du match, les Nîmois commençaient enfin à se montrer dangereux. Mais bien trop tardivement et de façon tellement imprécise qu’Anthony Lopes n’avait pas besoin de s’employer, bien aidés par une imperméable défense lyonnaise. Pire, pour parachever le festival offensif des Lyonnais, Islam Slimani marquait le 5e but pour son équipe par un coup de tête qui ne laissait aucune chance à Baptiste Reynet. (2-5. 89e).

22h48. Après une ultime action lyonnaise, l’arbitre sifflait la fin du match. Nîmes était officiellement reléguée en Ligue 2. Renaud Ripart, capitaine gardois et lui-même formé au club, restait de longues minutes, seul, sonné, en pleurs dans le rond central. Ce soir, seul, il l’était aussi dans l’envie de réussir l’impossible. Bien trop seul, finalement.

Réactions d’après-match :

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : La Ville ouvre une cagnotte pour les réfugiés afghans

La Ville de Montpellier a décidé d’ouvrir une cagnotte auprès du CCAS, le DARA (Dons Accueil Réfugiés Afghans). VOIR AUSSI : [VIDEO] Un citoyen d’honneur de la ville de Montpellier...

Occitanie : Création d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP) « Transitions », pour transformer notre modèle agricole

Réunis en Commission permanente, vendredi 22 octobre, les élus régionaux ont adopté la création du Groupement d’Intérêt Public (GIP) « Transitions » ainsi que le lancement de deux appels à...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES