Benjamin Téoule, novembre 2020 ©LMI
Benjamin Téoule, novembre 2020 (©LMI)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[EDITO] « Coquin de sort » comme on dit dans le midi. Des envies d’investigation sans concession, des envies d’enquête et de décryptage sur le territoire, des envies qui viennent de céder à : « je vais avoir un bureau avec des collègues… et j’ai coché la case tickets restaurant » annonce « l’ex-patron » du média Le d’Oc.

« Collègues, Tickets restaurant » ce sont ses mots. Même par téléphone on perçoit un sourire… de l’humour sans aucun doute. Mais on le sait : l’humour est souvent vecteur de vérité, bien mieux parfois que certaines enquêtes.

Un pourfendeur local de la « vérité vraie »

Benjamin Téoule serait-il à Edwy Plenel, ce que Cahuzac a été à François Hollande : un boulet ? Certes, un petit boulet sur un territoire lointain. Mais comment : un ministre délégué chargé du développement de Mediapart en Région, un pourfendeur local de la « vérité vraie, » (pléonasme assumé et un peu moqueur) passe des échanges « dérangeants » avec Djamel Boumaaz, co-listier RN aux Municipales, à un bureau à la mairie de Montpellier, avec tickets resto inclus dans son kit newbie en politique ?

Alors ?! Est-ce une Cahuzaquerie, une frilosité face à un avenir incertain et difficile pour la presse, une récompense pour services rendus, une immersion au coeur du système, avec une belle enquête à venir, ou encore : des dossiers sous le coude, sésames d’une place « confortable » en mairie ? Non ! Il serait juste question de convictions et d’une mue : le passage d’une plume de sniper, à une plume de laquais.

Franchement, on aurait préféré ne se poser aucune de ces questions. Mais voilà, entre l’enregistrement « à l’insu de son plein gré » de M. Boumaaz et consorts, et le post Facebook de M. Téoule : l’enquêteur hors-pair au service de la vérité laisse place à un pion avec l’insoutenable légèreté d’une plume de laquais.

« Pour le tuer définitivement… on fait fuiter »

Dans sa confession sur Facebook, l’ex-journaliste fait part de sa nouvelle révélation : « les forces vives du territoire doivent s’unir, et je ne saurais me résoudre à rester observateur. » Aïe ! Une déclaration qui fait mal, ou qui fait rire, quand on la juxtapose à une autre réalité. Celle-ci par exemple, lors d’un « long et dur » travail « d’enquête, » pour les dernières municipales : « Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup pour le tuer définitivement […] Tu lui rends le téléphone, et on fait fuiter. Sur le thème, Dormagen directeur de campagne d’Ollier veut rencontrer le sulfureux Djamel Boumaaz, » lance Benjamin Téoule. (Pour rappel M. Boumaaz avait subtilisé le portable de M. Dormagen, en pleine campagne électorale.)

« Pas sulfureux, ça va faire peur à Olaf, » répond le colistier RN. « Tu veux quoi comme mot ? » lui demande le journaliste. Boumaaz direct : « ce que tu veux, mais pas ça ! Je suis pas là pour choisir tes mots. »

De la manipulation « au service d’un nouveau souffle pour Montpellier »

Retour sur la confession FB de Benjamin Téoule : « manque de volontarisme politique, querelles interminables affaiblissant la qualité du débat public, propagande permanente… C’est un idéal démocratique qui m’a poussé à créer Le d’Oc et à m’engager le plus radicalement possible dans une forme de journalisme critique. » Sans rire ? En mode sérieux cette affirmation ?

La suite laisse songeur. On aimerait presque que le compte de l’auteur ait été piraté : « ici comme ailleurs, la défiance à l’égard du politique ne crée que confusions, agitations, et favorise l’émergence de démagogues en tout genre. » Puis un petit coup d’éclairage sympa sur l’employeur : « Le sérieux et la compétence l’ont emporté, mais la digue est fragile et les crises actuelles me poussent à m’engager différemment. »

Dernier Acte, dont on ne sait si c’est une tragédie ou une comédie : « l’heure est donc venue pour moi de franchir une ligne pour devenir acteur, à ma petite mesure, au service d’un nouveau souffle pour Montpellier. Je serai bien évidemment, et peut-être plus qu’un autre, respectueux des critiques qui désormais seront formulées par d’autres. » Nous prenons note, M. Téoule.

[VIDEO FLASH-BACK] Benjamin Téoule, sur l’investigation en région ou la nécessité d’une information indépendante en région :

VOIR AUSSI : Quid de l’information indépendante en région ?

VOIR AUSSI [VIDEO] Le Collectif « Danger Loi Sécurité Globale » annonce sa manifestation, et demande à Michaël Delafosse de clarifier ses engagements 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Végétalisation participative, demandez le guide !

Végétalisation participative : un guide pour accompagner les habitants. Ça se passe à Sète. Débroussailler, nettoyer, planter, ce ne sont pas les seules missions du service Jardins et paysage de...

Variant Omicron : 13 cas suspects en France

13 cas suspects de contamination au variant Omicron de la COVID-19 ont été détectés en France. Selon Gabriel Attal en conférence de presse ce mercredi : « il y a actuellement...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES