Conférence de presse Départementales 2021 second tour Kleber Mesquida (©JPV)
Conférence de presse Départementales 2021 second tour Kleber Mesquida (©JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Le match n’est pas fini, » souligne Kléber Mesquida. Hérault, Départementales, un scrutin marqué par une forte abstention, mais favorable aux élus sortants. Avec à peine 33,27 % de votants, on remarque surtout les abstentionnistes. Pour mémoire, la participation était pratiquement de 52% au premier tour en 2015.

2021, « à 336 voix » près, c’en était fait le président du Conseil départemental Kléber Mesquida voyait sa réélection dès le premier tour sur son canton de Saint-Pons-de-Thomières. Mais il précise bien que « le match n’est pas fini, nous sommes à la mi-temps, on a encore une mi-temps à mouiller la chemise. Et jusqu’à la dernière minute, rien n’est acquis, tout est à gagner, et c’est notre objectif. »

Un canton qui a vu 43,21% de participation pour 3 listes en compétition : Laurie Baron et Pierre Polard (FI) ont obtenu 2.029 voix, Virginie Alcina et Gilles Laigre (RN) 2.644 voix, puis en tête, Kléber Mesquida et Marie-Pierre Pons (PS) ont creusé l’écart avec 6.355 voix.

Plus de 36.000 habitants, le canton du Président sortant est aussi en superficie le plus vaste du département. Et ce dimanche 20 juin, sa large avance ressemblait presque à une déclaration d’amour. En conférence de presse le lundi 21 juin, c’est un homme apaisé et confiant qui déclarait « nous avons tous nos candidats en très bonne position pour le second tour. »

« La politique départementale est un déclencheur économique, on a maintenu le cap »

« On a axé la campagne sur le bilan de la majorité départementale, avec toutes les actions et les grandes actions très prégnantes que nous avons lancées, avec Hérault numérique, avec le très haut débit, avec Hérault irrigation, pour sauver la viticulture en difficulté face aux épisodes de sécheresse » explique entre autres, Kléber Mesquida. Le Président sortant note aussi l’attention portée à la fragilité et à la fréquentation du bord de mer, avec le Plan Hérault Littoral, et met en avant « la véritable vitrine pédagogique de l’environnement et de l’écologie » avec la maison de Restinclières (MDE). Puis côté chiffres, « lorsque nous avons voté le budget 2021, nous avions 5 M€ d’autofinancement net. Habituellement c’était 50 à 60 millions d’euros. » Kléber Mesquida tient à souligner « l’effet Covid qui nous a impacté le budget 2020 de 100 M€. » Le choix possible était le ralentissement des travaux publics et des divers chantiers, collèges, routes, bâtiments et aides aux communes avec les licenciements qui en découlent. Le choix assumé a été le recours à l’emprunt, car « la politique départementale est un déclencheur économique, on a maintenu le cap » affirme Kléber Mesquida en précisant « je vous rassure on a la capacité de rembourser la dette, parce qu’on a atteint 14 ans de désendettement, si tant est qu’un jour on devait tout de suite rembourser la dette […] si le département a un taux d’endettement important, il a une capacité à rembourser et c’est l’essentiel. C’est comme un citoyen, si la banque lui prête, c’est qu’elle sait que le citoyen pourra rembourser. »

« Le réflexe républicain »

Second tour, Kléber Mesquida fait le détail : « sur le canton de Sète, nous serons face aux Républicains […] nous avons un duel avec LFI sur un canton de Montpellier et le Rassemblement National est présent sur 23 cantons, » sachant que pour les cantons d’Agde et de Mauguio, c’est la droite qui se retrouve face au RN. « Notre combat aujourd’hui, il est principalement axé sur le réflexe républicain, donc nous soutiendrons tous les candidats républicains qui sont en duel face au Front National […] pour nous c’est un devoir moral, c’est même un devoir civique, » lance Kléber Mesquida en ajoutant : « on ne peut pas accepter qu’un parti qui tend vers un régime totalitaire à terme, on en a des exemples dans le monde entier, puisse un jour accéder au pouvoir. »

Mesquida veut « faire basculer un canton de Béziers »

Le président sortant affiche clairement son envie de faire basculer le canton de Béziers 1, où le binôme Pierre Cros et Florence Lacas Herail (DVG) est à 31.55%, derrière Marie Hirth et Denis Marsal (DVD) à 46.26%. Pour cette deuxième mi-temps, Kléber Mequida vient tacler les 6 conseillers départementaux RN de la mandature qui vient de s’écouler : « nous avons vécu 6 années de mandat où on avait face à nous 6 candidats du Front national qui ont été complètement insipides de par leur propre initiative. Mais sur ordre, avec des prises de position toujours lues avec un papier préparé probablement par leur mentor […] On connait leur comportement, on connait leur esprit d’obstruction, et si on peut faire basculer un canton de Béziers, ce sera pour nous un très très grand succès. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Conseil Municipal du 26 juillet, « la rentrée qui s’annonce sera placée sous le signe de la protection des habitants »

Ce lundi 26 juillet 2021, 77 affaires étaient à l’ordre du jour du Conseil Municipal de Montpellier, réuni en « présentiel », mais en jauge limitée et sans présence du...

Sète : Soirée hommage à Manitas de Plata, samedi 7 août

Le rendez-vous est fixé samedi 7 août au Théâtre de la Mer pour une soirée hommage à Manitas de Plat. Un belle soirée en perspective en compagnie du soliste, et...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.