A Montpellier, la mobilisation continue contre la réforme du bac et la sélection à l’université.

Après les manifestations du 1er et du 6 février 2018, ce sont les lycées et facs qui sont aujourd’hui bloqués à Montpellier, alors même que la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation était présente à Montpellier à 10h à la faculté d’Economie de Montpellier. Celle-ci a été notamment accueillie par le maire de Montpellier Philippe Saurel puis par Philippe Augé, le président de l’UM.

LIRE aussi, Loi Vidal : remède à l’échec ou tri sélectif ?

En parallèle, suite à une assemblée générale qui s’est tenue jeudi 15 février, en présence de plus 800 étudiants selon les syndicats étudiants, l’université Paul Valéry est bloquée et le mouvement pourrait être reconduit à la rentrée. « L’Assemblée générale étudiante et interprofessionnelle de Montpellier se prononce pour : Le retrait non négociable du projet de loi Vidal, le projet de réforme du baccalauréat, ainsi que la réforme de la fonction publique. »

LIRE aussi, Manifestation à Montpellier contre la réforme du bac et la sélection à l’université : « L’école de la République est censée promouvoir la devise républicaine : Liberté, Égalité, Fraternité »

Jeudi soir, la direction de l’université dans un mail adressé aux étudiants a confirmé « que les conditions de sécurité n’étant pas assurées, les cours et examens seront suspendus demain, vendredi 16 février ».

LIRE aussi, Plusieurs centaines de manifestants à Montpellier contre « Contre le Plan Étudiants et son monde ! »

Depuis ce matin, le lycée agricole Frédéric Bazille est bloqué.