Aurélien Pradié et ses colistiers à Béziers (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] Moins de deux jours après le premier tour des élections Régionales où il a dépassé les 12% et où il est arrivé en tête dans son département natal du Lot, pourtant ancré à gauche, Aurélien Pradié tenait un long point presse à Béziers entouré de l’état-major de sa liste héraultaise.

Avec un mot d’ordre clair : un appel au rassemblement le plus large possible sur son nom. « On a réalisé une belle performance dimanche soir au premier tour. Nous avons recueilli 184 000 votes. C’est un bon score« , se félicite en préambule le candidat Les Républicains. Et visiblement, ce « bon score » lui a redonné du peps pour un bon bout de temps.

« Nous sommes toujours présents pour cette deuxième campagne du second tour. Nous avons cinq, six jours pour convaincre les abstentionnistes et les indécis« , explique Aurélien Pradié, soulignant que ce fameux « bon score » obtenu est le résultat d’une « campagne de besogneux, de travailleurs, mais une campagne faite dans la clarté et la fidélité à nos convictions et à nos valeurs ». Un avis que partage évidemment Stéphan Rossignol, chef de file dans l’Hérault.

« Je l’ai dit et je vais le marteler toute la semaine : nous sommes les besogneux, nous sommes les travailleurs. Je suis convaincu que nous sommes les seuls à pouvoir créer la surprise et l’alternance pour les 6 ans à venir », affirme, tout sourire, l’actuel député lotois. Les seuls ? Dans une triangulaire ? Vraiment ?

Carole Delga demeure la favorite. Mais alors quid du candidat Rassemblement National, lui aussi qualifié pour le second tour ? « Jean Paul Garraud est un très mauvais candidat du Rassemblement National. Ce parti a divisé par deux son score entre 2015 et 2021″, entame, très en forme, Aurélien Pradié. Ce n’est en fait que le début d’un réquisitoire cinglant du jeune Lotois face à son rival d’extrême-droite.

« Dimanche soir, Robert Ménard a eu un éclair de lucidité en affirmant sur le plateau de France 3 Région, qu’ « avec le Rassemblement National on ne peut pas gagner et que ce parti constitue une impasse », a complété le candidat des Républicains avant d’estimer que la présence ce mardi 22 juin à Narbonne du maire de Béziers aux côtés de Jean Claude Garraud lors d’un point presse, était « sûrement un moment d’égarement » de la part de l’édile héraultais. Les deux hommes apprécieront.

Et lorsqu’une journaliste héraultaise souligne que les deux candidats, Jean-Paul Garraud et lui-même, se croiseront très bientôt pour un débat médiatisé, Aurélien Pradié en salive d’avance. « Ce genre de débats est toujours extrêmement instructif pour moi. Cela a toujours été le cas tout au long de ces 3 mois de campagne. Lorsque l’on parle de mobilités et de transports avec M. Garraud (lors d’un récent débat), il s’agace et assume de ne pas avoir de propositions sur ce thème. Et quand on lui parle de santé, il tient un long monologue uniquement axé sur le travail des vétérinaires. J’ai beaucoup de respect pour ces derniers, mais j’espère qu’ils n’auront jamais à s’occuper de la vie de nos concitoyens d’Occitanie », assène Aurélien Pradié.

« Nous pouvons créer la surprise ! »

« La liste RN contient à peu près tout et n’importe quoi sur sa liste et surtout des girouettes et des gens qui vont à la soupe« , affirme le candidat lotois, profitant de l’occasion pour lancer « un appel solennel » à un rassemblement sur son nom. « Nous sommes les seuls à pouvoir créer l’alternance dimanche. Et sinon, nous sommes les seuls à être les garants d’une opposition aussi attentive que sérieuse », assure l’actuel député pour convaincre les abstentionnistes autant que les indécis à voter pour lui le 27 juin prochain. Pas avare d’arguments, le candidat Les Républicains poursuit en assurant que « voter LR à la fin de la semaine est clairement un investissement d’avenir et en tout cas tout sauf un investissement incertain, précaire. » 

Confiant dans ses chances de « créer la surprise dimanche soir prochain« , Aurélien Pradié n’a pas prévu de se reposer entre les deux tours. Bien au contraire. « Je vais essayer de faire les 13 départements dans les jours qui nous restent. J’étais à Cahors ce mardi matin puis Toulouse ce midi. Ce soir, je suis ici à Béziers avec vous puis à la rencontre des habitants. Je serai dans l’Aveyron demain matin puis le Tarn-et-Garonne dans l’après-midi. Il y a un débat aussi prévu. Et il y a aussi le grand meeting jeudi soir à Toulouse en présence de Jean-Luc Moudenc, le maire de la ville ». Un agenda bien chargé, ressemblant à s’y méprendre à celui du futur Président de Région ? Verdict dimanche soir.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Conseil Municipal du 26 juillet, « la rentrée qui s’annonce sera placée sous le signe de la protection des habitants »

Ce lundi 26 juillet 2021, 77 affaires étaient à l’ordre du jour du Conseil Municipal de Montpellier, réuni en « présentiel », mais en jauge limitée et sans présence du...

Sète : Soirée hommage à Manitas de Plata, samedi 7 août

Le rendez-vous est fixé samedi 7 août au Théâtre de la Mer pour une soirée hommage à Manitas de Plat. Un belle soirée en perspective en compagnie du soliste, et...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.