Myriam Martin (© AM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Avec à peine plus de 5% au premier tour des élections régionales, Myriam Martin n’espère pas grand-chose du second tour.

« Les conditions du scrutin de dimanche dernier ont entraîné un vrai crash démocratique », explique l’ancienne tête de liste de l’Occitanie populaire, « il n’y a pas eu une vraie prise en compte de la crise démocratique et une partie de l’électorat ne s’est pas mobilisée ».

Celle-ci n’est pas dupe de la faible qualité de cette campagne, très peu mise en avant et logistiquement ratée par l’exécutif. « On sait qu’à pesé sur le scrutin, la question du vote utile. […] Le Rassemblement national a été dressé en épouvantail, tout au long du chemin des élections, celui-ci est moins fort, mais méfiance tout de même. […] On a aussi vu La République en Marche désavouée, on n’est pas dans un duel Macron/Le Pen ».

« On est juste bons à prendre des insultes, et puis à appeler à voter pour les candidats PS ? » – Myriam Martin

Pour l’ancienne candidate, Carole Delga a « tourné sa campagne en direction de l’électorat macroniste. […] J’ai vu sans surprise, mais avec un peu d’ironie, la position de Terrail-Novès, elle a mis bien plus de talent à attaquer ou calomnier La France insoumise pendant la campagne ».

« Mme Delga a déclaré que La France Insoumise a « des problèmes avec la laïcité et le communautarisme ». Que La France Insoumise « défend la violence et se situe en dehors du champ républicain » ! Ce sont les mêmes propos et calomnies utilisés par Mme Pécresse contre la liste de gauche en Île-de-France », précise l’enseignante. « Ce qui fait peur à tous ces gens ce sont les présidentielles, car ils n’ont pas de candidat ».

« Pas une voix pour le Rassemblement national, et à Carole Delga de faire campagne auprès de nos électeurs », précise-t-elle, tout en confirmant, « les voix ne nous appartiennent pas ».

Sur l’absence d’accord entre Antoine Maurice et Carole Delga, l’ancien candidat ne mâche pas ses mots, « même si je pense qu’Antoine Maurice a fait une erreur en n’acceptant pas d’alliance avec nous [au premier tour], sa conduite vis-à-vis de lui est indigne […] cela traduit un manque d’éthique et de morale. […] Il y a la recherche de l’humiliation. »

Privée de mandat régional, Myriam Martin n’en est pas pour autant privée de combats, « nous allons continuer des combats politiques, y compris sur le terrain judiciaire. Notre référé pour invalider la privatisation du port de Port la Nouvelle sera jugée au TA de Montpellier le 8 juillet prochain ». Le rendez-vous est déjà pris…

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Conseil de Métropole du 28 juillet, « on fait des choix et je remercie les Maires d’approuver ces choix »

Ce mercredi 28 juillet 2021, 114 affaires étaient à l’ordre du jour du Conseil de Montpellier Méditerranée Métropole, réuni en « présentiel », mais en jauge limitée et sans présence...

Covid-19 : L’Occitanie sévèrement touchée par la reprise épidémique

La région est sévèrement touchée par la reprise épidémique, avec un taux d’incidence moyen de plus de 360 le 26 juillet, soit plus de 7 fois le seuil d’alerte fixé...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.