« Je parle sans note, car je parle avec le cœur. Je parle sans note, car je parle avec mes tripes. Je parle sans papier dans les mains pour dire à ce genre de projet qui a coûté beaucoup trop à nous tous et qui sert tellement peu ». Le cri du cœur vient de Clotilde Ollier, candidate écologiste éliminée au premier tour des municipales, ralliée à Mohed Altrad en vue du second tour.

C’est la candidate qui prend la première la parole, peu de temps après son chef de file pour appesantir « contre un projet d’une gare au milieu de la pampa ». La colistière ne manque pas d’énergie, pour dénoncer la gare du quartier Cambacérès.

Plus discret, mais plus précis, Salim Jawhari prend ensuite la parole. Il sait ce qu’il voudrait faire dans cette pampa écrasée par le soleil héraultais et pour l’heure, difficile d’accès malgré les efforts de la TAM. « Si, ce 28 juin au soir, nous remportons ce deuxième tour, on fera les choses différemment. On fera venir ici des entreprises utiles, des entreprises pourvoyeuses d’emplois et d’attractivité pour tout notre territoire », suggère l’élégant expert comptable.

Soucieux de détailler le programme de cette alliance d’entre deux tours, le jeune homme enchaîne, « nos colistiers sont les seuls porteurs d’une vraie écologie, d’une écologie concrète et efficace, surtout pas punitive ».

Encore plus habituée aux discours en public que ses deux compères, Alenka Doulain, ex-cheffe de la liste « Nous Sommes », saisit le micro. Elle a tant de choses à dire alors autant commencer par l’endroit d’où elle s’exprime. « Cette gare a coûté plusieurs dizaines de millions d’euros. Mais, pourtant, nous sommes convaincus que c’est le projet symptomatique de leur écologie de façade, rien de plus ». Bien consciente que la gare n’est pas le cœur du débat de la campagne en cours, la colistière passe en revue plusieurs éléments programmatiques de la liste de Mohed Altrad. « Le Contournement Ouest de Montpellier (COM) qu’ils (Philippe Saurel & Michaël Delafosse, candidats au 2e tour, NDLR) nous vendent, ce n’est rien d’autre qu’une authentique route qui traversera notre ville »

Les transports sont une chose : l’alimentation des Montpelliérains en est une autre. Bien consciente que l’alimentation est un des sujets les plus concrets pour ses concitoyens, Alenka Doulain conclut son propos en rappelant le projet de sa liste de créer un « vaste ÉcoPôle alimentaire au cœur du quartier Malbosc, à Montpellier ».

Dernier à prendre la parole, le candidat revient avec ses mots, pesés, sur cette campagne qui touche à sa fin. Et pour lui, aucun regret. « Nous avons fait une campagne de terrain, une campagne honnête, une campagne avec beaucoup de gens courageux, très très motivés. Nous avons rencontré beaucoup de jeunes délinquants ou drogués. J’ai croisé beaucoup de clochards, de SDF. Cela m’a rappelé des années difficiles de mon enfance et de ma jeunesse. Je sais que je ne veux pas revivre ça et les sortir de là. On tenait à finir cette campagne ici, sur ce site emblématique… Maintenant, les choses vont se faire dimanche. Nous verrons bien. Si nous sommes élus, dès lundi, nous serons au travail ».  Rendez-vous est donc pris pour ce lundi. Cela tombe bien, les dossiers chauds, ne manquent pas.