En 2020. Quid d’une explication scientifique oscillant entre trois pistes radicalement différentes ? « Le serpent, la chauve-souris et le pangolin » ressemblent à la dernière fable – sans morale – d’un mauvais La Fontaine.

Un homme infecté en mangeant l’un de ces animaux, contaminant l’humanité… Les initié(e)s à la lecture du mysticisme reconnaîtront en ces présumées informations de hauts messages symboliques.

Le serpent exprime la connaissance ou l’ignorance.

Présent dans l’ensemble des cultures à travers le Monde, le serpent exprime la connaissance ou l’ignorance. Caducée, bâton d’Asclépios, ouroboros, serpent de la bible ou Adisesa indien, il évoque le poison-remède (pour la conscience). Toute nature de savoir incomprise s’apparente au venin, au poison de la confusion maintenant la pensée dans les ténèbres. La guérison s’obtient par la vision pure ; l’entendement précis du langage verbal et des autres formes de communication auxquelles nos esprits sont soumis.

La chauve-souris dormant tête en bas, invite à inverser les valeurs du monde

Associée au vampire qui aspire notre énergie, la chauve-souris dormant tête en bas invite à inverser les valeurs du monde conditionné pour sortir de la torpeur ambiante et s’éveiller au réel. Ce chiroptère volant la nuit symbolise la maîtrise des cieux de l’esprit, et la vision de ce qui est caché. Les ultrasons qu’il émet renvoient au subliminal : ce dont nous sommes témoins sans que notre niveau de perception ordinaire n’en tienne compte.

Le pangolin, l’animal-esprit archétypal 

Le méconnu pangolin cumule tant de caractéristiques qu’il pourrait incarner l’animal-esprit archétypal. Son corps de poisson rappelle l’eau, élément de l’âme (Jésus marchant sur l’eau symbolise la maîtrise de l’esprit). Il marche sur la terre ferme, mais comme un oiseau, habite dans les arbres. Rassemblant les attributs des êtres aquatiques, terrestres et célestes, ce petit être est considéré comme un véritable univers spirituel. D’autant qu’il ne donne naissance qu’à un seul petit à la fois, symbolisant l’esprit créateur échappant à la complexité et à la multitude, revenu à la source de sa propre pensée.

Une parfaite allégorie de l’entrée dans la démence et dans l’aveuglement

Dans la sphère de l’esprit, l’animal, du latin anima, souffle-âme, représente l’être humain. Les caractéristiques relevées chez un animal choisi reflètent des traits psychologiques, et autres clés de compréhension fondamentales. Spirituellement, manger signifie croire, comme certain(e)s consomment à la messe le corps du Christ pour matérialiser leur ingestion du dogme. L’apparition de cette récente maladie, et son « histoire » constituent une parfaite allégorie de l’entrée dans la démence et dans l’aveuglement. D’ailleurs, personne ne s’étonne qu’en Chine, l’alerte virale ait été officiellement donnée par un ophtalmologue.

VOIR AUSSI : Le virus de la couronne [Épisode 2]

VOIR AUSSI : Le virus de la couronne [Épisode 3]