Mis à jour le mardi 14 mai à 16h

[VIDEO & ITW] La « Maison du Peuple – Le Royal » a été ouverte à l’occasion de l’Acte XXIV des Gilets Jaunes, avec pour objectif d’offrir un lieu de réunion pour les Gilets jaunes.

VOIR AUSSI : Montpellier, les Gilets Jaunes s’installent au cinéma Le Royal

Annonce - Pub - Advertisement

Alors que depuis le début du mouvement, les Gilets Jaunes demandent sans succès, au maire de Montpellier, un lieu où se rassembler, certains Gilets Jaunes, accompagnés de militants anarchistes ont « ré-ouvert » « Le Royal », appliquant directement une promesse voilée de leur dernière lettre ouverte : « Sans réponse de votre part, et ne disposant d’aucun financement, nous serons contraints de trouver d’autres solutions. »

Tout commence, samedi 27 avril 2019, alors que militants anarchistes et Gilets Jaunes, profitent de l’Acte XXIV pour « ré-ouvrir » l’ancien cinéma « Le Royal », rue Boussairolles à Montpellier.

L’occupation avait été finement préparée en amont, pour ouvrir une « Maison du Peuple » dans les locaux de l’ancien cinéma, qui devait être remplacé par un controversé projet d’aménagement résidentiel.

Non sans émotion, Dax, membre de la commission action et communication des Gilets Jaunes à Montpellier, nous expliquait, en pleine effervescence de l’Acte XXIV, le projet de « Maison du Peuple ».

Par deux fois, lors des Actes XXV et XXVI, les Gilets Jaunes sont venus soutenir ce nouveau lieu de contestation, entouré par les forces de l’ordre, avant de partir manifester dans les rues de Montpellier.

Vendredi 10 mai au soir, les militants anarchistes et des Gilets jaunes ont déjà organisé une soirée de « pré-ouverture de la Maison du Peuple à Montpellier », avec dans toute les tête l’exemple de la Maison du Peuple à Saint-Nazaire.

Le cinéma Le Royal a déjà été « ré-ouvert », pour être finalement évacué sur ordre du tribunal, le 11 mai 2017.

L’évacuation avait alors été prononcée, en appel, après une décision favorable aux squatteurs, face « l’atteinte au droit de propriété » et les « conditions dans lesquelles s’effectue l’occupation », « l’occupation sans droit ni titre des locaux en cause » caractérisant « un trouble manifestement illicite ». La cour d’appel n’avait pas alors reconnu aux occupants « un état de nécessité justifiant l’occupation de l’immeuble ».

Il semblerait que l’histoire se répète, puisque l’occupation a été portée, lundi matin, devant le Tribunal de grande instance de Montpellier, et l’expulsion sans délai du bâtiment a été ordonné mardi après-midi. Les juges ont estimé que le droit de propriété devait primer sur le droit au logement. Les militants ont 15 jours pour s’opposer à la décision mais l’appel ne sera pas suspensif.

« La Maison du Peuple » a tout de même décidé d’organiser, ce mardi soir à 19h, une soirée où « tout commence »…

Bien que l’occupation pourrait prendre rapidement fin, il s’agissait, lundi matin, pour Dax, assignée au Tribunal, de « prouver qu’on est bienveillant, qu’on est de bonne volonté et qu’on peut avoir une bonne influence sur la Ville. » Une preuve qui n’a pas été suffisante pour les juges…

Interview de Dax, assignée au Tribunal pour le « Royal »

Annonce - Pub - Advertisement