Montpellier : Patricia Mirallès refuse de signer « un document diffusant des fausses informations »

Patricia Mirallès refuse de signer "un document diffusant des fausses informations" (CR)

Mis à jour mar. 25 août 2020 à 17h05

Suite au courrier du Maire de Montpellier et Président de la Métropole, la députée de l’Hérault, Patricia Mirallès s’explique sur son refus de signer « un document diffusant des fausses informations ».

VOIR AUSSI : Montpellier : Face à la hausse de l’insécurité, Michaël Delafosse demande à Gérald Darmanin, des moyens de police supplémentaires

Le courrier a été rendu public, hier. Dans celui-ci, Michaël Delafosse demande au Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, des moyens de police supplémentaires pour la Ville et la Métropole, en raison notamment d’« effectifs inchangés depuis 2014 ».

Un argument qui ne passe pas pour celle qui est dans l’opposition, aux conseils municipal et métropolitain, « ce courrier contient une fausse information. En effet, le Maire actuel, Michaël Delafosse, évoque « des effectifs inchangés depuis 2014″, ce qui est faux. Le Maire précédent, Philippe Saurel, a augmenté de 50 les effectifs de police municipale, tandis que Messieurs Bernard Cazeneuve en septembre 2014 puis Gérard Colomb en février 2018, à l’époque Ministres de l’Intérieur, avaient acté l’octroi cumulé d’une cinquantaine de policiers nationaux supplémentaires. Si ces augmentations d’effectifs ne sont pas suffisantes, tout le monde en convient, c’est une base sur laquelle nous devons nous appuyer. Je m’étais personnellement battue en 2018 à Paris pour les obtenir. »

Attachée au poids des mots, la députée avait proposé au premier édile de la Ville de corriger le courrier, une demande restée lettre morte.

« Je mets personnellement un point d’honneur à ne pas signer un document diffusant des fausses informations. » – Patricia Mirallès

Pour la députée de la 1re circonscription de l’Hérault, cette « coquille » rend inintelligible la demande. Elle explique, « je ne suis pas certaine qu’envoyer un courrier au Ministre de l’Intérieur contenant une telle fausse information l’encourage à considérer davantage notre ville… Au contraire, il s’agit aujourd’hui de dire que malgré les quelques effectifs additionnels de 2018, la situation nécessite encore des renforts supplémentaires. Depuis 2019, s’ajoutent les départs en retraite qui ne seront pas compensés. »

Un courrier qui étonne aussi l’élue, qui siège dans le groupe La République en Marche, mais qui a quitté LaREM, pendant la campagne des élections municipales : « je regrette que mes collègues de la majorité ne défendent pas a minima notre travail ayant mené à l’octroi de ces renforts pour Montpellier en 2018 auprès du Ministre de l’Intérieur de l’époque. Nous devons pourtant partir de cette base pour en obtenir davantage, les Montpelliérains peuvent compter sur moi en ce sens : j’échange très régulièrement avec Monsieur Gérald Darmanin, personnellement. […] N’ayant pas trouvé d’accord sur la formulation du courrier de M. Delafosse, il sait néanmoins, comme indiqué dans ma réponse à sa proposition, pouvoir compter sur ma volonté et mon engagement comme élue de ma ville et en tant que députée, au service de l’intérêt général de façon transpartisane. »