Dans le contexte exceptionnel, d’une crise sanitaire à l’échelle de la planète, les élections municipales ont été maintenues pour leur premier tour sur l’ensemble du territoire français.

Avec une campagne riche en rebondissements, le scrutin est resté incertain, jusqu’au dernier moment : celui du dépouillement.

15 mars 2020. Avec comme données :

  • Inscrits : 19 028
  • Abstentions : 9 690
  • Votants : 9 338
  • Exprimés : 9 105

Le résultat est le suivant : 

FRONTIGNAN : RÉSULTATS MUNICIPALES 2020 - 1er TOUR

M. Michel ARROUY (LDVG) - PASSION FRONTIGNAN LA PEYRADE (3725 voix)
40.91%
M. Gérard PRATO (LRN) - AGIR POUR FRONTIGNAN LA PEYRADE (2546 voix)
27.96%
M. Olivier BOUDET (LDVC) - LE NOUVEAU SOUFFLE POUR FRONTIGNAN LA PEYRADE (1194 voix)
13.11%
M. Thibaut CLERET VILLAGORDO (LDVD) - VOTRE ALTERNATIVE (1150 voix)
12.63%
M. Just GONZALEZ (LDIV) - ENSEMBLE POUR UN NOUVEL ELAN (490 voix)
5.38%

Vers un report du second tour ?  

C’est une option qui est moins farfelue qu’il n’y paraît, depuis le passage au stade 3 et un premier tour sous la menace du coronavirus Covid-19. La question se pose, le second tour peut-il être reporté ?

VOIR AUSSI : Municipales : Carole Delga demande le report

Dès hier soir, l’hypothèse était « juridiquement » envisagée par Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille, au regard du droit, « un tel report annulerait le premier tour ». « Il n’est pas possible de déconnecter les deux tours d’un même scrutin sans altérer sa sincérité ».

VOIR AUSSI : Coronavirus : fermeture de tous les lieux publics « non indispensables à la vie du pays »

Du point de vue strict du droit, l’article L-56 du code électoral prévoit qu’en « cas de deuxième tour de scrutin, il y est procédé le dimanche suivant le premier tour » et le décret n° 2019-928 du 4 septembre 2019, prévoit déjà, de son côté, la date du 22 mars 2020, pour le second tour. De son côté, l’article L-227 du code électoral prévoit que les conseillers municipaux sont élus pour 6 ans et « renouvelés intégralement au mois de mars ».

En pratique, seule une loi de dernière minute pourrait encore permettre de déplacer cette date, à moins que le Président de la République ne prenne un décret en Conseil des ministres, en raison des « circonstances exceptionnelles ». Un report qui n’invaliderait pas forcément pour autant, le premier tour, dans les communes ou l’un des candidats a obtenu 50% des suffrages plus une voix au premier tour.

En réalité et comme souvent, le problème est plus politique que juridique. Ce sera donc au Président de trancher cette épineuse question dans les prochains jours.

À ce jour, la pandémie de coronavirus a fait plus de 6000 morts. Confinements de populations et fermetures de frontières se généralisent à travers le monde. L’Europe est l’épicentre, selon l’OMS, avec 1907 décès. Pour le Préfet de l’Hérault Jacques Witkowski, « il faut faire preuve d’un civisme collectif renforcé dès les prochains jours », en clair, le pire est à venir.