Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier de l'Ordre des Avocats de Montpellier
Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier de l'Ordre des Avocats de Montpellier (©LMI)

[VIDEO] Un entretien sans filtre avec Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Montpellier

Depuis l’entrée en vigueur du couvre-feu à partir de 18h, les avocats pouvaient recevoir leurs clients professionnels entre 18 h et 20 h, mais pas les particuliers. Face à cette douteuse dichotomie, l’ordre des avocats du barreau de Montpellier a saisi le juge des référés. Le juge a donné raison aux avocats, puisque « l’absence de cette dérogation durant le couvre-feu porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale d’exercer un recours effectif devant une juridiction ». Quel était l’enjeu de cette saisie ? Quelles conséquences ?

En parallèle, alors que Nicolas Bedel de Buzareingues a été élu bâtonnier, le 1er janvier dernier, quel regard porte-t-il sur le travail de sa profession, à l’heure du Covid-19 ? Avec plus de 1200 avocats, le barreau de Montpellier était-il préparé à cette crise sanitaire et économique ?

Enfin, la proposition de loi sur la Sécurité Globale passe en première lecture devant le Sénat : les 16, 17 et 18 mars. De nombreux avocats ont été vent debout contre celle-ci. Qu’elle en est son analyse ?

Au sommaire de ce numéro : la saisie par l’Ordre des avocats du barreau de Montpellier du juge des référés sur l’autorisation, après 18 heures, des déplacements chez un professionnel du droit, l’accès au droit au temps du Covid-19, l’impact de la crise sur l’Ordre et l’avenir (ou non) de la loi sur la Sécurité Globale.

[VIDEO] Le Rendez-Vous avec Nicolas Bedel de Buzareingues : « on est les derniers remparts de la liberté, les avocats. Si on ne dit rien, personne ne dira rien… »

Partager l'article :