Des manifestants essayent d'empêcher les collages, en fin de manifestation (© AM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Au cours de la fin de la manifestation, certains manifestants désabusés ont collé des autocollants sur les portes et les panneaux du Musée Fabre, et rédigé une inscription sur le parvis.

Un acte isolé qui a fait réagir les services de la Métropole. « En s’attaquant au musée Fabre, cette poignée de manifestants s’attaque au patrimoine de tous les Montpelliérains, viscéralement attachés à ce joyau culturel et historique. Le musée Fabre offre à notre ville un rayonnement national et international dont tous les habitants sont fiers. Il est le visage de Montpellier, ville des Humanités, qui a vu se développer la science, la médecine et les arts au fil des siècles. »

Des « collages » désapprouvés par une partie des militants.

VOIR AUSSI :

Montpellier : « On est là ! », au moins 7 000 manifestants « anti-pass sanitaire »

En marge, certains des « colleurs » ont été apostrophés, « ça n’a aucun sens, quel est le rapport ? », une question restée sans réponse.

Si samedi, peu nombreux étaient les militants à approuver ses épanchements, peu aussi étaient à les empêcher, dans le fatras de la fin de manifestation. Du côté de Montpellier Méditerranée Métropole, on se réserve le droit de déposer plainte « après analyse précise des faits ».

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram