Entourée d’une petite dizaine de colistières dont Nelly Lacince, la numéro 3 sur sa liste, Clotilde Ollier a souhaité prolonger la journée pour les Droits des Femmes du 8 mars dernier. Comment ? Par une courte déambulation dans les rues des beaux arts. Reportage.

VOIR AUSSI : [VIDEO] Montpellier : Clothilde Ollier n’est « ni pour les tours ni pour l’étalement urbain »

Il n’y avait certes pas foule pour ce point presse là, mais l’intérêt n’était pas de faire du nombre, heureusement, mais davantage dans la symbolique des gestes accomplis par la cheffe de file de la liste de « Rassemblement des Écologistes et de la Gauche » devant quelques Montpelliérains curieux.

« J’ai voulu redonner de l’honneur à des femmes qui le méritent en rebaptisant avec leurs noms certaines rues connues de tous nos concitoyens, ici à Montpellier ». L’idée est louable. La symbolique est forte.

Parmi les personnalités retenues, Hannah Arendt et Claire Brétecher. Interrogée par la presse locale pour savoir le processus qui a mené aux noms des personnalités retenues, la candidate a laconiquement reconnu que des « échanges ont eu lieu dans l’équipe et ces noms-là ont émergé »

Quel avenir pour la Culture à Montpellier ? 

Profitant de la présence en masse de la presse locale, Clotilde Ollier en a profité pour présenter ses principaux axes de réflexion dans la culture, si elle devient Maire de Montpellier dès le 23 mars prochain et pour les six prochaines années.

« Je veux créer un véritable Palais de la Découverte qui sera situé pile en face de l’actuel Jardin des Plantes et qui aura pour but de mettre en valeur notre important patrimoine culturel sur la ville et la métropole », détaille la candidate avant d’ajouter qu’il aura aussi pour « objectif de mettre en avant les fabuleuses collections existantes de nos nombreuses universités ». 

Du renouveau pour l’actuel Pavillon Populaire

Connu comme le loup blanc de tous les Montpelliérains, le Pavillon est un site culturel incontournable dans la capitale héraultaise. La candidate écologiste propose d’en faire un « musée consacré au monde viticole ». Honorable idée que Clotilde Ollier détaille en le baptisant du nom de « Marcellin Albert ». Reste à savoir si les montpelliérains seront prêts à voir « leur » pavillon populaire, ainsi réorienté…