À la suite de l’annonce du soutien de La France insoumise au collectif #NousSommes pour les prochaines élections municipales, la députée de l’Hérault, Muriel Ressiguier dénonce, dans un communiqué, une décision « incompréhensible » du comité électoral.

LIRE AUSSI : Montpellier : La France insoumise rejoint #NousSommes pour les Municipales de mars 2020

Pour la députée qui a participé à l’appel « pour une liste de confluences à Montpellier », « de manière totalement incompréhensible, le comité électoral de la France insoumise a décidé d’adouber la position pourtant minoritaire au sein des Groupes d’Action (GA) et de donner son label à ceux qui souhaitaient partir avec Nous Sommes. »

Annonce - Pub - Advertisement

Le Comité électoral de La France insoumise (organe de désignation) réuni ce week-end a tranché pour un ralliement au collectif #NousSommes, rejetant l’initiative de rassemblement initié par l’appel « pour une liste de confluences ».

Muriel Ressiguier, qui a déjà confirmé, qu’elle ne serait pas candidate à la mairie de Montpellier, fustige le non-respect des procédures internes par le comité électoral, ainsi « avant que la deuxième assemblée communale des insoumis ait pu se réunir, la ligne politique majoritaire, en faveur de Confluence, dans l’esprit de la fédération populaire, a été écartée. »

Cette décision a, pour la députée, « jeté légitimement le trouble et provoqué le mécontentement au sein des militants de Montpellier. Il leur appartient désormais de se réunir afin de décider de la manière dont ils souhaitent s’impliquer dans les élections municipales. Je ne me suis pas engagée pour cautionner des décisions imposées aux gens mais pour tenter à mon poste de combat d’améliorer leur vie et d’appliquer les principes de la sixième République et de l’avenir en commun. »

La députée de la deuxième circonscription attend à présent « la décision à venir des GA de Montpellier pour [se] prononcer sur la suite à donner. »

Annonce - Pub - Advertisement