Après le succès des marches du 8 septembre et du 13 octobre, le collectif citoyen pour le climat « Il Est Encore Temps » et de nombreuses associations montpelliéraines organisent une marche pour le Climat, en parallèle des négociations climatiques mondiales de la COP24.

Les annonces du 5e rapport du GIEC et les réticences des principaux pays signataires de l’accord de Paris de 2015 à respecter le calendrier des engagements inquiètent fortement les militants écologistes de la métropole de Montpellier. Et ce n’est pas la COP24 qui se tiendra à Katowice (Pologne) et qui s’annonce peu productive, qui va les rassurer.

VOIR AUSSI : Montpellier, manif citoyenne 1200 cyclistes en colère

Cette marche semble plus que jamais d’actualité, alors que le mouvement des gilets jaunes se bat, lui aussi, pour une plus juste répartition des efforts à faire pour assurer la transition écologiste.

Marcher pour que les politiques comprennent enfin l’urgence de la situation écologiste.

Pour ces militants citoyens, il faut sonner le « Climate alarm », afin d’affirmer « nous sommes prêts à nous engager dans les solutions alternatives compatibles avec la lutte contre le changement climatique » et « exiger des politiques la mise en place immédiate d’actions ambitieuses pour promouvoir, faciliter et accélérer une transition écologique effective et juste dans nos territoires pour l’ensemble des populations. »

Pour ses organisateurs, cette mobilisation est d’autant plus importante qu’à « Montpellier, comme partout dans le monde des solutions ont vu le jour, portées par ceux-là mêmes qui veulent vivre dans un monde qu’ils réinventent : plus équitable, plus serein, plus convivial et plus respectueux des ressources communes et du reste du vivant. Nous adaptons nos modes de vie en matière de : logement, alimentation, énergie, déplacement, gestion des déchets. Nous choisissons le dialogue, l’incitation et la concertation au nom de la survie de notre bien commun qu’est une terre vivable pour tous.

Toutefois les efforts individuels et associatifs ne suffiront pas, sans mesures collectives au niveau des territoires. »

« Il n’y aura pas de transition écologique sans une justice sociale forte et volontaire. »

Les organisateurs demandent, plus précisément, pour Montpellier et sa région, des « plans d’aménagement qui privilégient l’agriculture en circuit court, les espaces naturels partagés, et non le foncier individuel, l’extension des centres commerciaux ou autres projets inutiles et imposés », des « solutions de transports pour tous, alternatives au tout voiture (bus et train, gare de proximité, pistes cyclables, parkings vélo et de covoiturage) », des « logements pour tous et sobres en énergie », des « sources d’énergies renouvelables au plus près des usagers et accessibles à tous » et des « lieux de travail et de rencontres partagées et de proximité ».

La marche partira de la place de l’Europe à 14h30 en direction de la préfecture. Des marches auront aussi lieu dans plus de 86 villes de France et en Europe.

La marche est organisée par le Collectif Citoyen « Il Est Encore Temps » (Montpellier), Alternatiba Montpellier, I-Boycott Montpellier, Vélo-cité, Oxfam Montpellier, Greenpeace Montpellier, ANV-COP21 Montpellier et La Carmagnole Montpellier.