« InterJAM » à Montpellier : « Depuis hier, il y a Tolbiac en moins, bientôt, il y aura Paul-Valéry en moins »

Les Jeunes avec Macron ont placé leur deuxième « InterJAM » d’Occitanie sous le signe de « l’Éducation et l’Enseignement supérieur », un sujet brûlant pour cette déclinaison « jeune » du parti du Président de la République.

Jeudi 19 avril en début de soirée, les forces de l’ordre sont intervenues à l’université de Strasbourg pour faire partir des étudiants qui avaient commencé à occuper un amphithéâtre. Hier, c’est le blocage du campus de Tolbiac (université Paris-I) qui a été levé suite à une intervention policière. Une opération qui se serait déroulée « dans le calme » et sans « incident », selon la Préfecture de Police. En opposition, le site Reporterre fait état d’au moins « un étudiant très gravement blessé », la police aurait aussi nettoyé les traces de sang de la personne gravement blessée.

Un rassemblement initié par « Paul-Va Lève Toi » avait lieu hier soir devant la préfecture de Montpellier en « soutien à la commune libre de Tolbiac ».

VOIR AUSSI : Loi Vidal : remède à l’échec ou tri sélectif ?

L’université Paul-Valéry de Montpellier est, quand à elle, occupée depuis le 27 mars dernier, et ce pour une durée prévue « illimitée », afin de protester contre les réformes du gouvernement. Mercredi 18 avril, le tribunal administratif de Montpellier a ordonné l’évacuation de l’université Paul-Valéry et autorisé le président Patrick Gilli à procéder à l’expulsion des étudiants et autres occupants. Le tribunal a aussi validé l’organisation de certains examens sur internet. Du côté du « comité de mobilisation des étudiant-e-s et des personnels mobilisé-e-s contre le Plan Étudiants et son monde », on présentait dès mardi : « la fermeture administrative de l’université, qui annoncerait l’intervention policière, est imminente ».

« on est certains que c’est une minorité qui bloque, on pense que le blocage n’est pas un moyen d’expression correct en démocratie »

Une évacuation vécue différemment du côté de l’opposition.« Emmanuel Macron est décidément le président du coup de force permanent. Il se trompe s’il pense que c’est par cette méthode qu’il imposera son projet néolibéral au pays », dénonce ainsi, Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis.

InterJAM d’Occitanie – Samedi 21 avril 2018

Martin Bohmert, 29 ans est cadre chez General Electric et Délégué Général – depuis la première convention de mars 2018 des Jeunes avec Macron (JAM), association créée en juin 2015, un an avant En Marche-. Il explique

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !