[VIDÉO] Lunel : Claude Arnaud, « la pandémie nous a conforté sur notre programme »

Claude Arnaud, tête de liste de "Bien Vivre à Lunel" (CR)

[VIDÉO] Arrivé en tête au premier tour et très présent au plus fort de la crise du Covid-19, le Maire de Lunel, candidat à sa réélection le 28 juin prochain, revient avec nous sur sa candidature, son programme et l’avenir qu’il envisage pour la cité héraultaise.

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Lunel : La dernière pierre de l’édifice du Pôle d’échange multimodal vient d’être posée

À quelques jours du second tour des élections municipales, Claude Arnaud, tête de liste de « Bien Vivre à Lunel », explique son ressenti dans une élection post-covid-19, qui reste plus que jamais incertaine, « le covid a été un problème d’abord sanitaire, on n’en est pas encore complètement sorti, j’ai eu en tant que maire à gérer la crise, mais ce n’est pas la première crise que je gère », « celle-ci nous a conforté sur notre programme ».

« Avec le filtre de la pandémie, j’ai réexaminé leur pertinence [projet et vision] à dessiner le Lunel de demain », expliquait déjà le maire sortant dans sa profession de foi, cela semble d’autant plus vrai à la lecture de son programme revu et corrigé pour épouser, au mieux les nouvelles conditions économiques et sociales du Lunellois.

Interview de Claude Arnaud, tête de liste de « Bien Vivre à Lunel »

Focus / Le « Carré Vert », « notre future Place de la comédie, nos Jardins de la Fontaine »

VOIR AUSSI : Lunel : « même en plein cœur des élections municipales toutes les listes en présence, ont mis de côté le combat politique »

Avec son projet emblématique de « Carré Vert », un futur « endroit identitaire, où on aimera se retrouver, un endroit central, comme le sont Les Jardins de La Fontaine à Nîmes ou la Place de la comédie à Montpellier », Claude Arnaud espère bien marquer, à la manière de la rénovation des arènes municipales, lors du mandat précédant, durablement la Ville de Lunel.

En pratique, le « Carré Vert » doit constituer une recomposition urbaine de l’ensemble  « allées Baroncelli/parc Jean-Hugo/esplanade Roger Damour (plateau) et Hôpital », afin de créer un nouvel espace public, à vocation piétonne. C’est aussi un investissement de 32 millions d’euros et des travaux sur 10 ans, aux effets économiques induits.