Castelnau-le-Lez, déséquilibre d’un projet immobilier, comme beaucoup d’autres ? Peut-être : “Le Clos des Oliviers” est en train de pousser. Ce week-end, les riverains de la rue de Salaison étaient mobilisés pour dénoncer « l’absurdité de la situation.« 

Et si le temps de la politique sans concertation était terminé. Fini les permis de construire accordés en catimini. Ce n’est pas encore le cas. « À 15 km du bord de mer, le Clos des Oliviers est un quartier vert et convoité de Castelnau-le-Lez, desservi par la ligne 2 du tramway […] Ce programme immobilier neuf privilégie la dimension humaine. » Ça, c’est le texte de la brochure des Nouveaux Constructeurs.

À Castelnau, l’immobilier vient squatter les quartiers verts

Après la coulée de béton qui court le long de la 113 jusqu’au Crès, entre trams et trains, l’immobilier à Castelnau vient squatter les quartiers résidentiels de maisons, de jardins et de verdures, avec leurs vies et leurs histoires. Bientôt les tracteurs à chenilles, dits bulldozers seront en action, avec leurs lames orientables pour pousser et démolir ce coin de nature, tout proche de Montpellier. 32 appartements vont sortir de terre. Et dans quelques mois, une quarantaine de voitures peut-être plus défileront au quotidien par la rue de Salaison qui sera l’accès à la résidence. Étroite, encore en terre, cette rue est aussi habitée par « un chêne centenaire, » précise la famille Bedos. Et selon eux, les travaux d’aménagement et de voirie vont endommager les racines de l’arbre et donc le condamner. Mais selon la brochure de vente du promoteur, c’est : « un environnement préservé et prisé par les actifs [… ] Le quartier Clos des Oliviers, connu pour son calme et son cadre verdoyant. »

Video : Castelnau-le-Lez, le chêne, le promoteur, et la responsabilité politique. 

Explications avec Christian Bedos habitant impacté par ce projet immobilier, Laurent Ballesta proche collaborateur et conseiller scientifique de Nicolas Hulot durant 14 ans, Christophe Menichetti de la famille Bedos, et Mathilde Borne, tête de liste “Ensemble pour Castelnau.”

La responsabilité politique : la croissance pour qui, et aux dépens de qui ?

Urbanisme, toujours plus, partout et d’un coup. La croissance pour qui, et aux dépens de qui ? Attention, ça n’arrive pas qu’aux autres. Un matin ça pousse. Alors l’envie de partir pour ne pas se retrouver collé à un mur d’immeuble, à deux mètres de sa maison, fait vendre. Comme certainement, le propriétaire mitoyen de la future résidence du Clos des Oliviers, qui devient malgré lui une alternative pour installer les accès dans l’Allée de la Diligence. Ce que propose notamment Christophe Menichetti, comme piste de réflexion. Mais quel promoteur achète un terrain pour y faire une simple route d’accès, sauver un chêne et rendre heureux des riverains ? Et quel délégué à l’urbanisme, et quel maire laisseraient leurs administrés dans une telle situation ?

Voilà un dossier qui est déjà allé jusqu’au Conseil d’État. Christophe Menichetti rappelle aussi que « le rapporteur public du Tribunal Administratif de Montpellier, indépendant, œuvrant dans l’intérêt de la collectivité, et des citoyens, a transmis un rapport sur ce dossier le 26 octobre 2017. Il détaillait et préconisait fortement et formellement l’interdiction de ce chantier. Chantier qui, selon lui, n’avait aucun sens, et présentait de nombreux dangers, pour le chêne, pour les falaises entourant le chantier, pour la route d’accès, et pour le handicap de mon oncle. »