Montpellier : « Si vous pensiez qu’on était en démocratie, on n’est pas encore au max. »

Gaillard, Doulain et Ollier négocient le second tour (CR Alenka Doulain)

Pour les trois candidats « anti-système », les discussions se poursuivent avec les qualifiés du 1er tour.

VOIR AUSSI : Municipales : Doulain, Gaillard, Ollier, en force pour négocier un second tour à Montpellier

Après avoir lancé hier, « Nous sommes n’importe qui et nous avons l’écologie en commun », Alenka Doulain, Rémi Gaillard et Clothilde Ollier ont posé les conditions de leurs ralliements, au travers de sept propositions, pour « répondre aux urgences écologique, démocratique et sociale dans un contexte de crise sanitaire » selon un communiqué du collectif Nous Sommes.

Sept propositions pour conditionner un ralliement  :

  1. Stopper la bétonisation et sanctuariser les espaces naturels et agricoles.
  2. Apporter une aide d’urgence aux Montpelliérains : 1000 euros tout de suite pour les 40 000 familles les plus touchées par la crise.
  3. Sauver les emplois à Montpellier et transformer son économie : investir 120 millions d’euros dans un plan de soutien aux entreprises en difficulté (TPE, PME et commerces de proximité) et développer les filières d’avenir dans la transition écologique.
  4. Prendre soin de tous les Montpelliérains : 100 millions d’euros sur deux ans pour mettre en place un bouclier sanitaire (en soutenant l’hôpital public et en ouvrant des centres de santé de proximité dans les quartiers).
  5. Redonner le pouvoir aux habitant.e.s en instaurant les référendums locaux et des assemblées citoyennes tirées au sort.
  6. Loger tous les Montpelliérains avec un plan d’urgence ambitieux : plafonnement des loyers, interdiction des expulsions sans solution de relogement et réquisition des logements vacants institutionnels.
  7. Faire de Montpellier la capitale du bien-être animal.

Leurs proches aiment le répéter, pour le moment rien n’est joué, et tout est négociable, n’en déplaise aux anciens soutiens de Clothilde Ollier.

Une stratégie approuvée par La France insoumise

Dans un communiqué les chefs de file montpelliérains, Nathalie Oziol et Julien Colet, se félicitent de cette initiative, « la France insoumise de Montpellier est fière d’avoir contribué et participé au succès de la fédération populaire de Nous Sommes. […] Dans un contexte politique local extraordinairement éparpillé, fortement marqué par l’abstention, la France insoumise se félicite du rassemblement des forces citoyennes et de l’élaboration des sept propositions portées par la plateforme « Nous sommes n’importe qui, nous avons l’écologie en commun« .

La France insoumise ne donnera pas de consigne de vote pour le 28 juin prochain, « conscients que parmi les candidats sociaux-démocrates qualifiés pour le second tour, aucun d’entre eux ne soit porteur d’une vision véritablement sociale, écologique et démocratique à la hauteur des enjeux du moment, la France Insoumise ne donne aucune consigne de vote et fait confiance aux électeurs et aux Insoumis de Montpellier pour faire le meilleur des choix, dans l’intérêt du bien-être général. »