Hier fervents soutiens de Clothilde Ollier, les animateurs du collectif « Confluence » sont aujourd’hui critiques sur la position de leur ancienne cheffe de file.

VOIR AUSSI : Municipales : Doulain, Gaillard, Ollier, en force pour négocier un second tour à Montpellier

Alors que Alenka Doulain, Rémi Gaillard et Clothilde Ollier souhaitent peser sur les municipales du 28 juin prochain, à travers le regroupement, « Nous sommes n’importe qui, nous avons l’écologie en commun » et rencontrer les trois hommes du podium du premier tour des municipales de mars dernier, les membres du collectif « Confluence » prennent leur distance avec l’initiative.

Discuter avec tous les candidats ne passe pas.

Le collectif « Confluence » et la députée insoumise de l’Hérault, Muriel Ressiguier, ne veulent pas suivre aveuglement leur ancienne cheffe de file, « nous ne laisserons pas faire n’importe quoi, avec n’importe qui, n’importe comment ».

Pour le collectif « Confluence », « la démarche conjointe Gaillard, Ollier, Doulain dit vouloir s’adresser aux 3 listes qualifiées pour le ce 2nd tour, c’est un gros problème politique pour nous. Pour la démarche « Confluence », il est hors de question d’amorcer un quelconque dialogue ou de quelconques négociations avec la liste menée par le Macroniste et fossoyeur de notre ville Philippe Saurel, ni de discuter pour monter une liste « Merci Patron » avec le milliardaire Altrad. Comment est-il possible d’écrire que l’on peut envisager de « cogérer la ville » avec ces représentants de la droite ?!? »

Pour Nelly Lacince et Boris Chenaud, insoumis et animateur de la « Confluence », une seule liste trouve grâce à leurs yeux, « il ne peut y avoir un dialogue qu’avec une seule liste, la seule liste à gauche ayant passé les 10%, celle menée par Michaël Delafosse », « nous savons que par ces temps où les repères politiques manquent cruellement, où les sciences sont devenues une opinion comme une autre, où l’on voudrait nous faire croire que la gauche et la droite n’ont plus de sens, notre engagement politique se doit de respecter certains principes, de conserver une boussole. Non tout ne se vaut pas, non tout n’est pas possible. »

« Confluence » organise une réunion de liste, jeudi 28 mai

Preuve du désaccord profond qui couve, les membres de la « Confluence » organiseront jeudi 28 mai prochain, une réunion de liste « réunissant tous les candidats et tous les partenaires politiques de la liste pour discuter de la nouvelle situation politique et agir en conséquence. »

Pour Nelly Lacince et Boris Chenaud, « la vie démocratique n’est pas un jeu, la vie des habitants de Montpellier pour les 6 prochaines années compte. Quand nous disons que la situation est grave, nous ne nous payons pas de mots. C’est hélas trop vrai ».