Avec un constat commun sur l’avenir, et avec un réalisme mathématique du premier tour des municipales à Montpellier : “nous représentons ensemble 27% des voix et nous pensons que la ville a besoin de mesures d’urgence,” Doulain, Gaillard, Ollier, arrivent en force pour négocier un second tour, le 28 juin prochain, « en veillant aux intérêts des Montpelliérains. »

Premier tour : forts des 13.530 voix qu’ils ont en commun et d’une préoccupation qui les lie : “la crise économique devant nous s’annonce dramatique. Nos emplois sont menacés et la transition écologique risque d’être mise au placard.” Alenka Doulain, Rémi Gaillard et Clothilde Ollier lancent la plateforme « Nous sommes n’importe qui, nous avons l’écologie en commun. » En chiffres, et à titre de comparaison, le 15 mars dernier : Philippe Saurel c’était 9.908 voix , Michaël Delafosse 8.636 voix, et Mohed Altrad 6.899 voix.

VOIR AUSSI, Montpellier : Résultats du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020

13.530 voix, 27% du scrutin pour “Le Monde d’Après

C’est un élément important, souvent une référence de la campagne électorale de Nous Sommes Montpellier : “ce qui se fait sans nous est fait contre nous.” Avec ce que tout le monde nomme aujourd’hui : “Le Monde d’Après,” l’équipe d’Alenka Doulain l’adapte et l’impose comme l’évidence pour garantir le changement : “Nous sommes le monde d’après, ce qui sera fait sans nous, sera fait contre nous.

Nous Sommes Montpellier avait déjà fait preuve d’efficacité. Ce mouvement municipaliste conscient du poids des mots et des idées, avec la volonté d’en garantir la réalisation souhaite avec cette nouvelle plateforme en travaillant aux côtés de Rémi Gaillard et Clothilde Ollier : “permettre à tous ceux qui nous ont soutenus de faire entendre leur voix.

Ni postes ni strapontins, une démocratie participative pour co-gérer la ville

C’est aussi un signal très fort adressé aux trois candidats du second tour : Philippe Saurel, Michaël Delafosse et Mohed Altrad. Alenka Doulain, Rémi Gaillard et Clothilde Ollier déclarent, et réaffirment leur attachement à la démocratie participative : “nous ne venons pas à vous pour quelques strapontins, nous voulons co-gérer la ville en veillant aux intérêts des Montpelliérains que nous représentons.

« Nous sommes n’importe qui, nous avons l’écologie en commun »

Alenka Doulain, Rémi Gaillard et Clothilde Ollier, un trio qui souhaite changer la musicalité soporifique de la politique. Lui redonner du rythme, et retrouver le plaisir de la gestion de la cité, pour donner à celle-ci : le gout retrouvé des “jours heureux pour tous.

Et dans ce projet, ils se définissent de cette façon :notre légitimité réside dans notre détermination programmatique en faveur des plus fragiles. Cette détermination sera précieuse face au drame économique à venir. Dans la tempête, il faut des caractères.

Les bases étant posées, ils annoncent vouloir rencontrer les trois hommes du podium du premier tour des municipales de mars dernier : “nous discuterons avec chacun d’entre vous pour imaginer et consolider les conditions de nos travaux futurs, nous n’attendons pas des promesses fécondes à effets stériles, nous ne sommes pas à vendre.

VOIR AUSSI Le Rendez-Vous avec Alenka Doulain : « On vient de perdre 6 ans, on ne peut pas en perdre 6 de plus »

VOIR AUSSI Le Rendez-Vous avec Clothilde Ollier : « ici c’est Montpellier. C’est Montpellier qui décide »

Le communiqué de presse en thread via Twitter :