Le second tour des élections municipales se fera le 28 juin 2020, une date cruciale pour le déconfinement de la démocratie, dans les presque 5.000 communes, où le premier tour n’a pas été décisif.

Dans les faits, consommateurs déconfinés, plages rouvertes, retour des activités économiques avec les gestes barrières, écoles qui redémarrent, et causettes chez le coiffeur autorisées avec quelques mètres d’intervalle, il aurait été difficile d’expliquer aux Français, un autre report de ces élections municipales.

Le 28 juin, aux urnes citoyens : “faire vivre notre démocratie avec ce virus” explique Édouard Philippe

Le rapport du comité scientifique avait donné une réponse positive en début de semaine, pour la date du 28 juin, et le même comité sera à nouveau consulté 15 jours avant le scrutin. L’idée : vérifier que tous les feux sanitaires restent au vert.

Ce vendredi 22 mai 2020, le Premier ministre Édouard Philippe confirme cette date du 28 juin, en citant parmi les arguments qui se sont opposés durant la concertation avec l’ensemble des forces politiques, la nécessité de : “vivre avec le virus, et donc de faire vivre notre démocratie avec ce virus et malgré ce virus, la faire vivre et ne pas la mettre entre parenthèses.

Un choix qui divise dans la classe politique

Question : techniquement sera-t-il possible de faire campagne ? Certains affirment que ce n’est pas possible. Certes, les traditionnels meetings ne sont pas pour l’heure envisageables. Mais les candidats pourront aller au-devant des électeurs en respectant les gestes barrières.

“Je fais confiance à l’inventivité des candidats” E.Philippe

Pour Édouard Philippe :une campagne de second tour aux élections municipales, ça dure maximum cinq jours […] Cinq jours c’est très court, c’est très intense. Nous allons avoir cette fois-ci des conditions différentes. Avec peut-être un peu moins d’intensité, mais avec beaucoup plus de durée […] Et je fais confiance à l’inventivité des candidats de toutes les forces politiques, pour trouver les moyens de faire passer leurs idées, dans le respect de la distanciation physique et dans le respect des règles sanitaires […] Ils vont pendant plusieurs semaines pouvoir expliquer autrement, ce qu’ils veulent faire. Les conditions pratiques de la façon dont ils pourront conduire et mener leur campagne seront définies, après que le ministre de l’Intérieur aura conduit une concertation avec les forces politiques et les associations d’élus […] dès le début de la semaine prochaine.

“Privilégier les campagnes numériques, et les interventions et débats dans les médias” C.Castaner

Pistes confirmées par Christophe Castaner de façon sommaire pour le moment :il conviendra donc de faire campagne différemment […] Il sera utile de privilégier les campagnes numériques et les interventions et débats dans les médias. Nous pouvons aussi réfléchir par exemple à des professions de foi plus détaillées, plus longues…” Puis question timing le ministre lance : “les candidats et leurs équipes auront cette fois-ci, quasiment un mois devant eux…

Et quid de l’abstention ? Ne sera-t-elle pas trop forte ? Donnant à ce scrutin le gout amer d’une illégitimité sous-entendue. Mais de concert avec son ministre de l’Intérieur, Édouard Philippe s’est voulu rassurant sur la question : “ce ne sera pas un second tour comme avant […] nous avons la double responsabilité d’assurer la sécurité de ceux qui participent au processus électoral, et la sincérité du scrutin.” Le gouvernement présentera un dispositif pour favoriser le vote par procuration. Pour éviter ainsi aux personnes vulnérables de renoncer à aller voter.

Le 27 mai, le gouvernement présentera un décret au président de la République. Ce décret appellera les électeurs à se rendre aux urnes pour le second tour des municipales, le 28 juin prochain.

Détail d’importance, si le second tour est organisé ce 28 juin, tous les résultats du 1er tour seront officialisés. Dans le cas contraire, une organisation du scrutin en janvier 2021 contraindrait à recommencer le processus électoral dans son intégralité : c’est-à-dire avec un premier et un second tour.

Décision réversible

Comme toutes les décisions prises dans le cadre du déconfinement, celle de tenir le second tour des élections municipales le 28 juin prochain est réversible. Nous aurons donc, comme le recommande le Conseil scientifique, et comme toutes les forces politiques l’ont souligné : une clause de revoyure. Elle interviendra sans doute dans 2 semaines,” précise le Premier ministre. En ce sens, et dans l’hypothèse d’un impossible second tour, un projet de loi est déjà à l’étude. Il permettra au parlement l’examen du cadre légal d’un autre report. “Raison pour laquelle sera également présenté […] à titre conservatoire, le 27 mai prochain en conseil des ministres, un projet de loi qui permettrait le report des municipales, au plus tard jusqu’en janvier 2021,” détaille Édouard Philippe.

Relance économique

Mais avec la décision du 28 juin, qui ne peut pas contenter toutes les parties, le gouvernement est conscient de faire en sorte que tous les territoires puissent relancer l’économie nationale. Une relance qui passe entre autres, par la commande publique. Sans l’élection des équipes municipales, c’est un écosystème vital qui ne peut participer à cette relance économique.