Dès le 13 mars, les syndicats SUD Collectivités Territoriales et la CGT Services Publics 34 ont demandé au Président du Centre de Gestion de l’Hérault Monsieur BILHAC, la tenue d’un Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail extraordinaire (CHSCT) afin d’émettre des préconisations pour les agents territoriaux face à l’épidémie de Covid-19 dans les communes et établissements de moins de 50 agents.

Le 22 avril, les 2 syndicats ont renouvelé cette demande de CHSCT pour examiner les conditions de sécurité sanitaire du déconfinement dans les collectivités qui dépendent du Centre De Gestion.

Monsieur BILHAC est resté sourd face à ces deux demandes, refus inadmissible, concernant la santé et la sécurité des agents des communes rurales, celui-ci faisant fi de la loi !

Pourtant à grands « coups de gueule » médiatiques, sur la réouverture des écoles, ses points de vue ne sont pas passés inaperçus. «C’est de l’inconscience de rouvrir les écoles si la situation n’est pas rétablie. C’est de la folie ». « Je ne veux pas qu’on me traite de criminel et je pense que c’est criminel d’ouvrir les écoles aussi tôt » 

L’incohérence politique ne serait-elle donc pas un des symptômes du Covid-19 ? 

Dans les conditions sanitaires que nous connaissons actuellement, il est inadmissible de faire passer la sécurité des agents des collectivités rurales au second plan tout en osant se faire de la publicité à grands coups de communication et coups de gueule, vides de sens au vu des actes qui se sont ensuivis.

Monsieur BILHAC peut-il aujourd’hui assurer à l’ensemble de ces agents que les Plans de Reprise de l’Activité sont conditionnés aux règles en vigueur permettant d’assurer leur santé et leur sécurité ? Fourniture de gel hydroalcoolique, masques, distanciations sociales pouvant être respectées, tests etc. Autant de sujets que nous aurions dû pouvoir étudier et discuter en CHSCT.

Il est donc temps de joindre la parole aux actes et de renouer un dialogue social constructif. 

Il n’est plus possible de continuer à faire la sourde oreille aux demandes répétées des organisations syndicales SUD CT et CGT qui exigent la protection des femmes et des hommes qui assurent la continuité du service public dans cette crise sanitaire. 

Nous en appelons à : M. le Préfet de l’Hérault, Mme la Rectrice d’Académie, Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs de l’Hérault, à Mesdames et Messieurs les Maires de l’Hérault, à l’ARS, aux Fédérations de parents d’élèves pour faire entendre raison au Président du Centre De Gestion, pour qu’il convoque enfin et dans les plus brefs délais un CHSCT indispensable face aux risques encourus par un déconfinement non-maîtrisé et aléatoire, risques qu’il ferait porter autant aux usagers du service public qu’aux personnels communaux.

CGT FDSP 34/ SUD CT 34