Hier, lors d’une action « péage gratuit » par plusieurs groupes des Gilets Jaunes de l’Hérault, un incident incroyable (en ces temps de dictature, tout est croyable) pitoyable et alarmant s’est produit : notre camarade Sabine, institutrice à Montpellier, a été interpellée par la gendarmerie et embarquée.

Que faisait elle qui pouvait mériter un tel traitement ?

Elle diffusait un tract appelant au retrait de la loi Blanquer et à la solidarité avec les enseignants.

Annonce - Pub - Advertisement

Elle l’a fait avec un foulard sur la bouche et quand la gendarmerie est arrivée, elle a été immédiatement ciblée. Des camarades Gilets Jaunes ont spontanément cherché à la défendre dans un élan de solidarité et deux d’entre eux ont été eux aussi interpellés.

Pour ces faits, en apparence, totalement anodins, notre camarade va passer devant les tribunaux pour rébellion en bande organisée et dissimulation de visage.

Incroyable ! Totalement scandaleux ! Nous ne trouvons pas les mots pour décrire notre colère.

Sabine est une enseignante adorée de ses élèves, de ses collègues et des parents, engagée avec toute son énergie pour la défense de l’école de la République, la même pour tous. C’est à ce titre qu’elle participe aux assemblées générales et aux réunions intersyndicales. Elle est maman célibataire de trois enfants.

Engagée également dès le début du mouvement des Gilets Jaunes, tout le monde connait sa gentillesse, son action pacifique et réfléchie.

Et c’est elle qu’ils veulent faire passer devant les tribunaux ?

Allons-nous accepter cela alors que les Benalla, les Cahuzac et tous les autres continuent tranquillement leurs affaires ? Faut-il rappeler que Michèle Marchand, qui a falsifié des chèques et transporté une demi-tonne de résine de cannabis n’a pas fait un seul jour de prison et est même devenue la photographe attitrée de Macron ?

Et Sabine, elle devrait servir d’exemple alors qu’elle diffusait un tract contre la loi Blanquer sur un péage d’autoroute ?

Ils veulent nous terroriser, nous faire payer notre audace de nous être redressés et révoltés. Ce gouvernement haineux n’a pas aimé qu’on lui oppose le NON de la rue et qu’on ne vote pas pour lui (rappel : 10% aux européennes).

Nous n’allons certainement pas accepter ! Nous n’accepterons jamais ! Nous rentrons en campagne pour exiger la levée immédiate de toutes les poursuites pour ces motifs futiles !

Nous appelons tous ceux qui ne veulent plus de cette répression incroyable à se tenir prêts pour organiser cette RESISTANCE et cette SOLIDARITE avec l’une des nôtres !

Nous remercions tous ceux qui ont envoyé des messages de solidarité depuis hier.

Convergence34

Annonce - Pub - Advertisement