Après un premier appel lancé à la solidarité avec les soignants du CHU de Montpellier, le 30 mars, près de 90 000 euros ont été versés sur le fonds de dotation Guilhem, à ce jour, par plus de 400 contributeurs.

VOIR AUSSI : Covid-19 : Déjà 48 000 euros collectés pour les équipes du CHU de Montpellier

Sans atteindre la même amplitude que dans le Grand Est ou l’Ile-de-France, la vague épidémique a tout de même frappé l’ancien Languedoc-Roussillon, mais avec l’aide logistique du CHU, les hôpitaux de Perpignan, Sète ou Béziers, l’ancienne Région a pu contenir la vague des patients atteints des symptômes COVID les plus graves, et repousser notamment, à Montpellier, le risque d’une submersion .

Se préparer pour une éventuelle seconde vague

VOIR AUSSI : Coronavirus : CHU de Montpellier, ajustement du plan blanc

Malgré la diminution nette du nombre de patients, à Montpellier comme un peu partout en France, une possible deuxième vague peut encore arriver.

Prochainement, le Conseil d’Administration du Fonds Guilhem et la direction du CHU devraient organiser la manière dont les dons déjà versés sur le fonds Guilhem seront utilisés, à l’issue du confinement, pour améliorer les conditions de travail des hospitaliers.