L’immunité collective, un simple espoir ? « Il n’existe pas de preuve démontrant une immunité protectrice contre le COVID-19. » Jour 42, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Que permettent les tests sérologiques ?

Grâce à une prise de sang, les tests sérologiques permettent de déterminer si une personne a développé des anticorps contre le coronavirus. Bref, ils définissent si la personne a déclenché ou pas, une réponse immunitaire contre le virus. S’il y a une réponse immunitaire, cela signifie que la personne a été infectée, et qu’elle pourrait être immunisée.

Un conditionnel légitime à ce jour, car « il n’existe pas de preuve démontrant une immunité protectrice contre le COVID-19 induite par des anticorps produits contre ce virus« , explique la Haute Autorité de la Santé (HAS). La réalité, c’est que peu de données sont aujourd’hui disponibles sur la réponse immunitaire dirigée contre le SARS-Cov-2, peut-on lire, dans le Cahier des charges des performances des tests sérologiques de la HAS.

Deux types de tests sérologiques existent pour le moment. Le test ELISA (enzyme linked immunosorbent assay) qui permet de détecter la présence des anticorps, et il est « pratiqué dans la majorité des laboratoires d’analyse médicale, » explique l’Académie Nationale de Médecine.

Il existe aussi des Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TRODs). Ils détectent les anticorps à partir d’une simple goutte de sang en quelques minutes. « Toutefois, ces différents tests sont toujours en phase d’évaluation par le Centre national de référence des virus des infections respiratoires et leurs performances analytiques (sensibilité et spécificité) ne sont pas encore connues, » précise aussi l’Académie Nationale de Médecine.

L’immunité supposée face au Covid-19

Ces tests, quelle que soit leur fiabilité, se confrontent à l’existence ou non d’une immunité possible. En effet, l’immunité acquise après avoir été infectée par le coronavirus reste à ce jour supposée.

La France se prépare pour le 11 mai 2020 à un déconfinement progressif, avec normalement des campagnes massives de dépistage, et notamment avec des tests sérologiques. Une attention toute particulière pourra être portée demain, dans le discours d’Édouard Philippe où existe une grande inconnue sur l’isolement des personnes positives.

VOIR AUSSI, Mémo : Jour 41 COVID-19, « France déconfinement à venir et 22 856 décès depuis le 1er mars »

VOIR AUSSI, Mémo : Jour 39 COVID-19, « L’Amérique et son président bouffon ? »