Arrivera-t-il à faire un quatrième mandat ? Qui ? L’actuel maire de Lunel Claude Arnaud. À la tête de la municipalité depuis le début du siècle, le maire candidat doit faire face à de nombreux prétendants et à une prétendante.

Claude Arnaud a déjà marqué la cité des « Pescalunes » de son empreinte. Pourtant, pour beaucoup de ses concurrents, il fait aussi partie du passé et il pourrait même être un obstacle à un avenir, que d’aucuns espèrent radieux, dans une situation économique complexe et difficile.

Claude Arnaud face à son ex-adjoint, et au Rassemblement national

La benjamine de la compétition électorale, conseillère régionale et élue municipale d’opposition, Julia Plane a rallié à sa liste du Rassemblement National, citoyens et déçus de la droite républicaine, après avoir fait un score honorable en 2014, elle espère bien profiter du fond de l’air, pour l’emporter en mars prochain.

Face à elle, et face au maire sortant, Pierre Soujol un ancien adjoint, parti avec fracas, à l’automne 2019, et qui a rallié de nombreux déçus de LaREM, des Républicains et de la liste de Claude Arnaud, pour proposer une réactualisation du programme municipal, et un programme taillé pour le centre-ville.

Deux listes pour faire basculer Lunel à Gauche

La première est menée par l’ancien mandataire financier du député Patrick Vignal : Jean-Pierre Berthet, avec sa liste « Osons Lunel ! », il a su fédérer largement PCF, EELV, Génération-s, PS, PRG et citoyens autour d’un programme centré sur l’économie et le social, un programme taillé pour la classe moyenne de la cité des « Pescalunes ».

La seconde est menée par l’ancien maire de Lunel, et conseiller départemental depuis 1985, Claude Barral, candidature sans étiquette, mais de « Gauche », il propose un triptyque programmatique simple, « un emploi, un logement décent, dans un cadre de vie de qualité. » Un candidat qui pourrait séduire la population la plus précaire de Lunel.