L’avenir d’une ville comme Montpellier méritait un temps de débat, et de dialogue pour saisir les nuances des priorités qui seront mises en place par les candidats à la tête de liste du « Rassemblement citoyen pour l’écologie ». 

Un élan positif pour leur campagne

Mercredi soir, échanges et explications pour aider les électeurs à choisir qui de Clothilde Ollier, ex-maire de Murles ou Jean-Louis Roumégas, ex-député deviendra tête de liste. Avec des projets écologiques forts pour les élections municipales à Montpellier en 2020, un ADN en commun et des méthodologies différentes, les candidats auront déjà su créer avec cette primaire, un élan positif pour leur campagne.

Annonce - Pub - Advertisement

Mobiliser chacun pour faire de l’écologie une évidence

Au coeur du débat, l’implication citoyenne, et la volonté de mobiliser chacun pour « faire de l’écologie une évidence », et « offrir à la ville un retour à l’équilibre ». Deux candidats en phase, pour que Montpellier devienne une cité écologique exemplaire. Très vite, une question brûle toutes les lèvres, et fuse du fond de la salle : « vous départager, c’est difficile : qu’est-ce qui nous ferait préférer l’un à l’autre ? » À sa façon cette question donne toute la dimension de l’apaisement du débat de cette soirée, deux candidats à l’écoute l’un de l’autre. Il n’en reste pas moins que le rendez-vous du 12 octobre prochain décidera de la tête de liste du « Rassemblement Citoyen pour l’Écologie ».

Pour Jean-Louis Roumégas : « de toutes les façons, vous aurez les deux candidats, il faut une liste de 65 noms […] on sera tous ensemble, il s’agit de se mettre en ordre de marche et on a besoin des qualités de chacun […] Je vous propose mon expérience […] mais aussi de vous mener tous à la victoire… »

Pour Clothilde Ollier : « il y a le en même temps […] et il y a faire de l’écologie en grand […] ça va être un mandat compliqué qui va demander d’avoir les épaules larges et d’être concret. Ce que j’ai déjà fait au niveau du Grand Pic Saint-Loup, c’est ce que je me propose de faire sur Montpellier. »

Entre expérience, renouvellement et complémentarité, entre « la femme engagée dans l’action, au service de l’intérêt général » et l’homme d’expérience qui se définit ainsi : « je suis l’homme de la fidélité » en parlant de son parti EELV et de son engagement, un choix presque cornélien se pose. La liste « Rassemblement citoyen pour l’écologie » semble montrer déjà quoiqu’il en soit, une force écologiste non sectaire qui se projette dans une réelle dynamique écologiste pour avancer dans la confiance avec les habitants de Montpellier, et de la Métropole.

Une première place pour les Verts ?

La tête de liste sera désignée samedi 12 octobre, par le vote des inscrits et signataires  du « Rassemblement citoyen pour l’écologie » une liste qui devrait prendre une place importante, voire une première place pour ces élections municipales à Montpellier.

Annonce - Pub - Advertisement