Rejoindre la rébellion : mode d’action, la désobéissance civile non violente. Extinction Rebellion est un mouvement mondial pour lutter contre l’effondrement écologique de la planète.

Marches pour le climat le week-end, grèves scolaires et universitaires le vendredi, tout cela ne suffit plus. Et quid de la pétition « L’Affaire du siècle » signée par plus de deux millions de personnes, un soufflé au fromage ? Pour les militants d’Extinction Rebellion, c’est décidé, ils passent à l’action. Leur emblème : un sablier symbolisant l’urgence, dans un rond qui représente la Terre.

Voir aussi : Réchauffement climatique : la biodiversion

Annonce - Pub - Advertisement

Rebel for life

Direction extinction. Problème : personne ne semble réellement y croire. Et pourtant, la surexploitation des ressources, et la priorité donnée aux profits engendreraient un effondrement imminent. En France, Extinction Rebellion s’est structuré récemment, à l’exemple du mouvement en Grande-Bretagne qui est né à l’automne 2018. Objectifs : contraindre gouvernants, et responsables à répondre à la crise climatique et écologique.

Extinction Rebellion France

C’est un dimanche, le 24 mars 2019 qu’un mouvement écolo radical se déclare officiellement en rébellion en France. Avec une stratégie : la désobéissance civile non violente. L’idée est d’engager une mobilisation qui bouscule tout ce que la puissance de la communication réussit à rendre “sublime” dans un monde dirigé par la culture dominante du capitalisme.

Exemple, le 12 avril 2019 à Paris les membres d’Extinction Rebellion ont dénoncé l’industrie du textile pour la confronter à ses victimes, et à ses déchets. Voir l’action menée devant le magasin H&M, rue de La Fayette. Vidéo :

Le 12 mai, sur les marches du Trocadéro à Paris : les militants ont déversé 300 litres de faux sang. Symbole des millions de morts, humains comme animaux, résultat d’une catastrophe écologique déjà en marche. Vidéo :

Voir aussi : Scénario noir et dramatique pour la planète : un million d’espèces menacées d’extinction

À Montpellier, c’était le 3 mai. Extinction Rebellion a piqué la presse, histoire de vérifier si celle-ci n’était pas morte. Et selon ces militants, il faut aussi : “dénoncer l’inaction médiatique”. Humour et enterrement donc pour des funérailles du journalisme : la première action d’Extinction Rebellion Montpellier. Vidéo :

Ensuite, l’idée était de demander aux morts de satisfaire à leurs injonctions : « nous demandons aux médias quatre preuves d’engagement, une rubrique quotidienne quels que soient leurs supports (presse / radio / TV). Un bandeau en couverture : « Urgence climatique, regardons la vérité en face ». Un dossier spécial : état du monde et perspectives. La signature d’une charte d’engagement de « journalistes authentiques, réalistes et honnêtes. »

Nationalement, Extinction Rebellion France porte quatre revendications principales : dire la vérité sur l’urgence écologique, climatique et sociale, atteindre la neutralité carbone en 2025, arrêter immédiatement la destruction du monde vivant, créer une Assemblée Citoyenne en charge de piloter la transition.

Le temps de l’éveil ou pas…

Difficile mutation, mais premiers pas vers une évolution : le passage de l’état de consommateur béat, à celui de consommateur alternatif. Principe : être un consommateur, c’est avoir du pouvoir. Boycott Citoyen propose d’utiliser ce pouvoir. « Privons-les de leurs bénéfices, et ils seront bien obligés de nous entendre », explique l’association qui publie chaque jour des articles pour aider les consommateurs dans cette démarche. Boycott Citoyen souhaite : donner à tous des informations fiables et sourcées sur les méthodes de différentes entreprises dans le monde, faire le listing des produits à éviter, et offrir des propositions d’alternatives positives pour consommer différemment. Tous de superhéros avec de supers pouvoirs, le temps de l’éveil est venu, ou pas…

Peut-être une envie d’Apocalypse ? Le vrai zombie n’est pas celui qui boite dans une rue en grognant, le vrai zombie est assis dans un canapé, hypnotisé par la télé. Il dévore fictions, sports, émissions et pubs : envie d’un nouveau crossover, de chips au goût “poulet fumé”, ou envie de contrôler et d’agir. Faire des choix, s’engager : vérifier si la transformation des ordures ménagères en biogaz énergétique est un principe viable qui marie recyclage et production d’énergie verte, ou attendre la dernière aventure d’un personnage « trop cute » dans un feuilleton quotidien ? Décharges saturées, vies pressées, pensées programmées par les écrans, égos flattés, assister à un coup de ciseaux dans un ruban bleu blanc rouge, grignoter des petits fours, glousser devant une première pierre d’un stade de foot, mais l’heure tourne…

Septembre 2018, António Guterres lance un compte à rebours. L’homme n’est pas un illuminé, c’est le secrétaire général des Nations unies depuis le 1er janvier 2017. « Le changement climatique est la question déterminante de notre époque. Et nous sommes à un moment décisif. Si nous ne changeons pas de Cap dès 2020, nous pourrions manquer notre chance d’éviter les conséquences désastreuses de l’emballement du changement climatique, » exprime alors, le secrétaire général de l’ONU. Chaque jour, chacun peut aider, António Guterres, chef des Nations unies a ouvert la voie de façon explicite : « il est impératif que la société civile, jeunes, groupes de femmes, secteur privé, communautés religieuses, scientifiques et mouvements écologiques dans le monde, demande des comptes aux dirigeants ».

Juin 2019, la pollution atmosphérique tue 7 millions de personnes chaque année. #ClimateAction, nouvel appel d’António Guterres :

Renseignements Extinction Rébellion : l’agenda des actionsÉvénement et Conférenceshttps://www.facebook.com/xrfrance/https://extinctionrebellion.fr/

Voir aussi : Déchets nucléaires près de chez vous, ils sont là…

Annonce - Pub - Advertisement