L’association citoyenne « Autrement Dit » a récemment lancé une pétition auprès de la population du Pays viganais pour lutter contre la disparition « programmée » des permanences de la CPAM et de la CAF.

Après que les permanences n’aient pas été assurées lors des congés estivaux du personnel, celles-ci n’ouvrent plus, depuis le début du mois, que le lundi, sur rendez-vous.

Pour un des membres de l’association : « ça sent mauvais ».

Elle s’estime tout de même heureuse, pour sa dernière démarche, elle n’a eu qu’à « attendre 15 jours pour avoir un rendez-vous ».

Une motion a été proposée aux différents conseils municipaux du Pays viganais afin d’« exiger le remplacement des personnels manquants et le retour au fonctionnement du service comma antérieurement à cet été ». Deux conseils municipaux l’ont déjà adoptée. Selon l’association, la Sous-préfète s’alarmerait aussi de cette situation ubuesque, inopinément découverte lors d’une de ses visites à la Maison des Services.

Face à ce danger bien réel pour la petite sous-préfecture du Gard, pétition a aussi été créée.

La pétition vise au maintien de ces services publics de proximité. Selon ses rédacteurs, que « nous nous déplacions depuis Dourbies, Lanuéjols, Saint-André de Valborgne, Saumane, Valleraugue, Saint-Hippolyte du Fort, Le Vigan, Rogues ou Blandas, nous trouverons portes closes. Désormais Il n’y a plus de permanences, une affichette nous informe que nous ne serons reçus que sur rendez-vous pris en composant un numéro de téléphone… surtaxé ! Ces fermetures, brutales et la mise en place du nouveau mode d’accès à la CPAM et à la CAF s’inscrivent dans un processus de disparition des services publics en milieu rural.
Cette situation met en difficulté les assurés sociaux et allocataires du pays viganais et, au-delà, notamment les plus fragiles (30% des gardois renoncent à faire valoir leurs droits). »

La pétition est adressée à Agnès Buzyn, Ministre des solidarités, et de la santé et à Olivier Gaillard, Député de la 5e circonscription du Gard.