Macron, chef de l'État devenu "tout-puissant", impose sur le territoire et avec un certain autoritarisme, sa politique ultralibérale qu'il met aux services des milieux financiers et industriels, très bien. Il renforce le pouvoir du monde de l'entreprise, parfait. Il protège ce monde avec la loi sur le secret des affaires, indispensable. Résultat : les entreprises deviennent des forteresses volantes, flexibles, destinées à servir le règne de "l’argent-roi" et capables de "dépecer" les services publics.

Guerrier de la finance

L'âme de ce guerrier de la finance est bien camouflée aux yeux du grand public. Âme masquée judicieusement d'une image subliminale de l'enfant roi et d'une inversion subtile du sens des mots. Après une décennie et deux présidents "serial lover" amateurs de chanteuse, de journaliste ou de comédienne, le pouvoir éprouvé par des relations de couple hystériques avait un besoin urgent de stabilité émotionnelle. Une héroïne est née. Une femme simple. Une professeure de français qui fera de son élève un président. Un imaginaire collectif renforcé en mars, lors du discours d’Emmanuel Macron, à l’Institut de France où un hommage presque direct sera rendu à son épouse, ainsi nommée : "ces héros bien particuliers que l'on appelle les professeurs de français..." Et, Le Groupe Les Échos-Le Parisien (LVMH) d'insister fin avril : "En un an, la « first lady » s’est imposée comme la coéquipière du président, discrète, mais incontournable." Objet identifié : Une stabilité de couple qui sera aussi celle d'un pays, c'est promis.

Un séisme sémantique aussi insolent que le commerce des indulgences



Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné.

Merci, vous êtes de plus en plus nombreux à lire et à regarder lemouvement.info. Nous ne sommes rattachés à aucun lobby, aucun groupe industriel, ou parti politique, pour garder notre indépendance éditoriale et notre liberté de ton votre soutien est essentiel, n'hésitez pas à vous abonner.

Je m'abonne !


Je me connecte :