Il ne faut pas prendre les Sétois pour des bécasses

Il ne faudrait pas qu’avec le dossier de la Marina, Jean-Claude Gayssot, le nouveau président de l’EPR Port de Sète Sud de France se tire d’entrée de jeu une balle dans le pied, comme il avait su le faire en 2004 en attendant le passage des grives et des bécasses, lors d’une partie de chasse qui couta la vie à deux orteils de son pied droit. Il ne serait pas bon de prendre les Sétois pour des bécasses.

À 19h, le 31 janvier prochain, à la maison de la mer, au théâtre de la mer³ (salle Tarbouriech), souhaitons-lui une belle présence, avec un discours pertinent qui clarifiera beaucoup de flous et de zones d’ombres concernant l’avenir du quai d’Alger avec les sociétés IGY Marinas et P&O Marinas qui y sont ou qui y seraient impliquées.

11h, ce samedi 20 janvier : accès interdit. Le Collectif Marina Sète se retrouve coincé devant les grilles du quai. Les panneaux de leurs revendications accrochés sont ballotés par le vent. Sur le trottoir, entre les voitures, et débordant sur le macadam, ils sont nombreux à venir, passer ou rester, pour écouter le discours préparé par les responsables du collectif. Un collectif qui veille toujours et qui reste seul face à l’EPR. Le maire de la ville François Commeinhes leur ayant lancé : « le port, c’est l’affaire à Gayssot, allez voir ça avec lui. »

Si la Mairie est sourde, la Région peut-elle être réactive ?

À Sète, c’était un peu avant les fêtes. Le 19 décembre, la Région Occitanie a des velléités de COM’. Elle fait la tournée des villes, l’accroche est la suivante : Occitanie 2040 « Construisons notre futur dès à présent ». Mais avec l’appellation « café citoyen », le show est aussi une invitation au débat. En grande partie, les Sétois ont ce soir-là pour objectif

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !

LIRE aussi, Sète : un garage à Yachts ?

LIRE aussi, Sète la rebelle ne se laisse pas conter fleurette.