Samedi 17 avril, c’était la Vélorution à Montpellier (© SOS Oulala)

Samedi 17 avril, comme prévu, c’était la Vélorution à Montpellier, une Vélorution organisée dans le cadre de la troisième Journée nationale de mobilisation contre la réintoxication du monde.

Ce sont ainsi plus de 150 cyclistes qui ont décidé d’amorcer la révolution, samedi après midi à Montpellier, avec un objectif fort,« dire stop aux projets inutiles qui bétonnent le vivant, l’environnement, les terres agricoles et donc notre avenir ».

En pratique, la convergence cycliste a été organisée par le collectif SOS Oulala, le Groupe Local Greenpeace de Montpellier et soutenue par Changeons le Système Pas le Climat, XR Montpellier, Vélocité, ANV Cop21, Arrêt du Nucléaire 34 Alternatiba et ZAD du LIEN à l’occasion de l’appel national contre la Réintoxication du Monde.

Confinement ou pas, la mobilisation continue contre les « projets inutiles ».

Partis de la station de tramway Occitanie, les cyclistes de la Vélorution a rejoint le site du projet contesté d’Oxylane à Saint-Clément-de-Rivière, avant de s’enfoncer dans la forêt du nord de Montpellier pour finir sur le tracé du projet routier du LIEN, en face de l’ancienne Maison de l’Écologie et des Résistances à Combaillaux.

À l’orée des élections départementales, SOS Oulala milite encore et toujours contre le projet du LIEN, « le LIEN n’est pas seulement « une route » : c’est un périphérique qui ouvre la voie à une artificialisation massive des sols avec la construction de zones commerciales et de lotissements, la destruction des terres agricoles, une augmentation des pollutions, une métropole qui n’est finit plus … ».

Partager l'article :